Parmi les idées reçues les plus tenaces sur le sommeil, il y a celle qui affirme que certains peuvent se contenter de cinq heures de repos par nuit. Une affirmation que la science ne valide pas. © lenets_tan, Fotolia

Santé

Sommeil : sus aux idées reçues qui mettent notre santé en péril

ActualitéClassé sous :Sommeil , idée reçue , université de New York

Sur internet, il circule bon nombre d'idées reçues concernant le sommeil. L'ennui avec celles-ci, c'est qu'elles peuvent influencer les comportements. Et lorsque l'on considère l'impact que le sommeil a sur notre santé, il apparaît important de faire, en la matière, la part entre mythe et réalité. C'est ce que proposent des chercheurs américains.

« Le sommeil est un élément vital de la vie qui influe sur notre productivité, notre humeur, notre santé et notre bien-être en général. Dissiper les mythes sur le sommeil favorise des habitudes plus saines qui, à leur tour, favorisent une meilleure santé générale », souligne Rebecca Robbins doctorante à l'École de médecine de l'Université de New York (États-Unis). Avec d'autres chercheurs, elle décortique aujourd'hui une liste des principales méthodes pour « améliorer » son sommeil disponibles en ligne.

Les chercheurs américains ont examiné plus de 8.000 sites Web afin d'identifier les 20 idées reçues sur le sommeil les plus courantes puis, avec l'aide d'une équipe d'experts en médecine du sommeil, les ont classées en deux catégories : celles qui reposent sur des croyances infondées et celles validées par des preuves scientifiques.

Dormir un minimum de sept heures par nuit

Le fait de dire que l'on peut dormir 5 heures par nuit tout en restant en bonne santé figurait en tête des listes des allégations non étayées par des preuves scientifiques. L'équipe de Rebecca Robbins rappelle qu'il est essentiel de dormir au moins sept heures par nuit afin d'éviter les effets délétères à long terme liés à un manque de sommeil (fatigue, irritabilité, prise de poids, etc.), et si possible d'essayer de se coucher et de se réveiller à heure fixe.

Si vous avez du mal à trouver le sommeil, la science vous recommande de vous lever et de ne retourner au lit qu’une fois que la fatigue se fait ressentir. © amenic181, Fotolia

Non, l’alcool n’aide pas à mieux dormir

Un autre mythe tenace identifié dans cette étude est celui qui consiste à dire que ronfler est inoffensif. Même si cela peut effectivement être le cas, un ronflement régulier peut également signaler une apnée du sommeil, un trouble du sommeil potentiellement grave qui peut entraîner des arrêts cardiaques. Les scientifiques encouragent donc les patients qui ronflent fortement ou régulièrement à consulter un médecin.

La consommation de boissons alcoolisées avant le coucher qui, soi-disant, aiderait à s'endormir, résulte également d'un raisonnement erroné. Les experts rappellent que l'alcool réduit la capacité de l'organisme à atteindre un sommeil profond, nécessaire pour être en forme pendant la période d'éveil. 

« En discutant des habitudes de sommeil avec leurs patients, les médecins peuvent alerter les patients sur les mythes sur le sommeil qui contribuent à l'augmentation des risques de maladies cardiaques, d'obésité et de diabète », estime Jean-Louis Girardin, professeur l'Université de New York.

  • Le sommeil a un impact fort sur notre santé.
  • C’est pourquoi des chercheurs ont décidé d’examiner les idées reçues qui circulent sur Internet concernant le sommeil.
  • Leur objectif : nous alerter afin de réduire les risques pour notre santé.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'étonnant sommeil des autruches  Les autruches ont leur façon bien à elle de dormir. On n'observe pas l'alternance classique de longues phases bien marquées. Des périodes courtes d’éveil (wake), de sommeil profond (SWS) et paradoxal (REM) s’enchaînent. © Lesku et al., Plos One