Tech

Le premier site Web fête ses 25 ans

ActualitéClassé sous :Internet , World Wide Web , Tim Berners-Lee

Il y a un quart de siècle, Tim Berners-Lee, le « père » du World Wide Web, mettait en ligne le tout premier site Web. Vingt-cinq ans plus tard, on approche du milliard de sites Web et l'on recense plus de trois milliards d'internautes.

Tout a commencé au Conseil européen pour la recherche nucléaire. C’est là que le 20 décembre 1990, Tim Berners-Lee a mis en ligne le premier site Web. © frankieleon, Flickr, CC BY 2.0
Tout a commencé au Conseil européen pour la recherche nucléaire. C’est là que le 20 décembre 1990, Tim Berners-Lee a mis en ligne le premier site Web. © frankieleon, Flickr, CC BY 2.0
 

C'était à quelques jours de Noël. Le 20 décembre 1990, Tim Berners-Lee mettait en ligne le tout premier site Web créé à partir des standards HTML qu'il a lui-même inventés, depuis un ordinateur NeXT du Conseil européen pour la recherche nucléaire (le Cern). C'était à l'adresse http://info.cern.ch, qui héberge aujourd'hui une archive de la page historique que l'on peut même visiter avec un simulateur de navigateur en ligne de commande (car oui, à l'époque il n'y avait pas encore de possibilités de clics sur les liens hypertextes, ni même d'images).

La toute première page Web mise en ligne donnait aux chercheurs des informations sur l’avancée du « projet WorldWideWeb ». Il prévoyait l'utilisation massive des liens hypertextes, reliant chaque page à une ou plusieurs autres, tissant ainsi une toile qui pourrait, sait-on jamais, prendre une dimension mondiale. © Cern

Le « projet WorldWideWeb », pour créer des liens entre les pages

Très sérieuse, la toute première page Web, dont l'adresse était, très exactement, http://info.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html, donnait aux chercheurs des informations sur l'avancée du « projet WorldWideWeb », qui deviendrait le Web tel qu'on le connaît aujourd'hui. Le site fournissait des informations sur les protocoles techniques développés pour écrire du contenu au format HTML, utitiser l'hypertexte et donc créer des liens entre les pages, interroger des serveurs pour récupérer des pages ou envoyer des informations, etc.

La page fournissait également des liens pour se tenir au courant des avancées et permettait par exemple de s'inscrire sur la mailinglist de ce qui allait devenir plus tard le W3C (World Wide Web Consortium) pour établir les standards de façon consensuelle avec la communauté des développeurs. Vingt-cinq ans plus tard, Tim Berners-Lee dirige toujours le W3C, qui compte désormais 407 membres, essentiellement industriels.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi