Une seule dose d’interférons lambda a permis de réduire de moitié le risque d’hospitalisations en cas d’infection par le SARS-CoV-2, lors d’essais cliniques. Le taux de réduction a même atteint 89 % chez les personnes non vaccinées. Le point sur ce nouveau traitement prometteur.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Où en est le traitement de la Covid-19 avec le plasma ? La FDA a autorisé en urgence la transfusion de « plasma convalescent » pour lutter...

La relève du Paxlovid (la pilule de Pfizer contre la Covid-19) est arrivée, mais sans ses inconvénients. D’un côté, le médicament de Pfizer nécessite de prendre six comprimés par jour pendant cinq jours et sa composition peut interférer avec le métabolisme de nombreux autres médicaments. D’un autre côté, le nouveau médicament antiviral développé par des chercheurs de Stanford Medicine permet aussi de réduire le nombre d’hospitalisations liées à la Covid-19, mais en une seule injection.

L’essai avancé (de phase 3) a été mené au Brésil et au Canada sur presque 2 000 adultes dont 85 % étaient vaccinés contre le virus. Pour être inclus, les patients devaient être testés positifs à un test d'antigène rapide et recevoir le traitement ou un placebo dans les sept jours suivant la manifestation des symptômes de la Covid-19. Les résultats sont publiés dans le New England Journal of Medicine.

Utilisation des interférons

Le traitement nommé « PEG-lambda » est une version synthétique de l'interféron lambda, une protéine que les cellules infectées sécrètent comme première ligne de défense contre l'infection virale, de manière innée. Les virus ont développé des moyens d'arrêter la production d'interférons dans les cellules qu'ils infectent. Cependant, ils ne peuvent pas supprimer les récepteurs d'interféron ni empêcher les interférons injectés de se lier à ces récepteurs et de déclencher une puissante activité antivirale. S’il existe plusieurs types d’interférons – comme l’alpha dont les récepteurs abondent à la surface des cellules de nombreux tissus de l'organisme –, les récepteurs de l'interféron lambda se limitent surtout aux parois des poumons, des voies respiratoires et de l'intestin (idéal pour la Covid-19), ce qui le rend moins toxique.

Les participants à l’étude ont été répartis en deux groupes : environ 930 ont reçu une seule injection sous-cutanée de PEG-lambda, et environ 1 020 ont reçu une injection de placebo. Parmi les patients ayant reçu le PEG-lambda, 25 (2,7 %) ont été hospitalisés, contre 57 (5,6 %) des patients ayant reçu le placebo. Le traitement a donc permis de réduire de moitié le nombre d’hospitalisations. À noter que la réduction atteint 58 % quand le PEG-lambda a été administré dans les trois jours suivant l’apparition des symptômes.

L'essai PEG-lambda s'est déroulé entre juin 2021 et février 2022 sur 12 sites au Brésil et cinq sites au Canada. © denisismagilov, Adobe Stock
L'essai PEG-lambda s'est déroulé entre juin 2021 et février 2022 sur 12 sites au Brésil et cinq sites au Canada. © denisismagilov, Adobe Stock

Plus d’efficacité chez les personnes non vaccinées

Encore plus marquant, les chercheurs ont observé une réduction de 89 % des hospitalisations (par rapport au placebo), uniquement chez les personnes non vaccinées traitées dans les trois premiers jours de l'apparition des symptômes. Par ailleurs, le médicament s'est révélé efficace contre tous les variants testés, y compris Omicron. Les effets secondaires n'étaient pas plus importants que ceux signalés par ceux qui ont reçu le placebo.

Le virologue Jeffrey Glenn, qui a dirigé les travaux, estime qu’il est toujours d’actualité de trouver de nouveaux traitements contre la Covid-19, pour les personnes vaccinées et non vaccinées. « Étant donné que l'immunité induite par les vaccins s'estompe plus rapidement que prévu, que de nouveaux variants du SARS-CoV-2 s'efforcent constamment de déjouer nos systèmes immunitaires et que les gens hésitent à se faire vacciner à plusieurs reprises par crainte des effets secondaires réels ou imaginaires (ou par lassitude à l'égard des vaccins), le besoin de thérapies Covid-19 efficaces est primordial », a-t-il déclaré.