Chez la souris, les lymphocytes gamma delta dérivés de l'interleukine 17 jouent un rôle prépondérant dans la mémoire à court terme et dans la plasticité synaptique. Sans eux, la souris se perd très vite au sein d'un labyrinthe très simple.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] BigBrain, l’atlas 3D haute résolution du cerveau humain La collaboration entre des scientifiques allemands et canadiens a abouti à une modélisation ennull

On sait que le système immunitairesystème immunitaire s'infiltre au sein du cerveaucerveau et participe d'une physiologie cérébrale normale. Cependant, les différents rôles précis que jouent nos globules blancsglobules blancs sont moins connus. Une récente étude menée chez la souris montre qu'ils sont essentiels pour la gestion de la mémoire à court terme et également de la plasticité cérébraleplasticité cérébrale

Les cellules immunitaires et nos neurones

Les actions et les rôles précis que jouent les cellules immunitaires au sein du cerveau sont complexes et encore mal définis. Ce sont surtout les dysfonctionnements aboutissant à une pathologiepathologie qui sont les mieux compris. Dans cette étude, des chercheurs ont étudié le comportement des souris au sein d'un labyrinthe en Y. Les deux souris dépourvues de lymphocyteslymphocytes T gamma delta et d'interleukineinterleukine 17 (IL-17) présentent des performances altérées dans les tests de labyrinthe en Y qui reposent sur la mémoire à court terme, mais elles n'ont montré aucun déficit dans les autres tests comportementaux, y compris pour les tests qui évaluent la mémoire à long terme.

Les auteurs -- dont l'auteur principal est Miguel Ribeiro, de l'Institut de médecine moléculaire à Lisbonne -- ont découvert que les cellules T gamma delta qui produisent de l'IL-17 favorisaient la sécrétionsécrétion du facteur neurotropeneurotrope dérivé du cerveau (une moléculemolécule responsable de la croissance des neurones) dans le cerveau de souris. Néanmoins, d'autres travaux sont nécessaires pour comprendre les effets locaux et systémiques de l'IL-17 sur les cellules du cerveau.

Les lymphocytes gamma delta sont nécéssaire à la mémoire à court terme. © Sebastian Kaulitzki, Fotolia
Les lymphocytes gamma delta sont nécéssaire à la mémoire à court terme. © Sebastian Kaulitzki, Fotolia

Ces cellules qui favorisent les souvenirs

Grâce à cette expérience, les scientifiques savent désormais que les lymphocytes T gamma delta dérivés du fœtusfœtus s'infiltrent dans les méningesméninges lors de la naissance et qu'ils sont nécessaires à la mémoire à court terme. Les investigateurs témoignent : « Ensemble, nos travaux fournissent des indices inconnus sur les mécanismes de régulation de la mémoire à court terme et à long terme, ainsi que sur le lien évolutif et fonctionnel entre les systèmes immunitaire et nerveux ». Plus de travaux seront nécessaires pour mettre en lumièrelumière les interactions précises à l'œuvre entre lymphocytes et neuronesneurones.