Des chercheurs découvrent la présence d'unités neuro-immunes sensorielles chez des souris atteintes de dermatite atopique. © Sebastian Kaulitzki, Fotolia

Santé

Un dysfonctionnement neuro-immunitaire pourrait expliquer la dermatite atopique

ActualitéClassé sous :médecine , immunologie , dermatite

Des chercheurs français de l'Institut national de la recherche médicale (Inserm) en collaboration avec une équipe américaine de l'université de Stanford pensent avoir mis le doigt sur ce qui pourrait être un mécanisme déclencheur de la dermatite atopique. Détails. 

La dermatite atopique est actuellement considérée comme une maladie chronique favorisée par des facteurs génétiques altérant la barrière cutanée des malades. Ces derniers doivent alors vivre avec des symptômes peu agréables : peau sèche, douleurs, démangeaisons, plaques rouges intempestives, etc. 

Les mécanismes à l'œuvre dans cette pathologie sont encore mal identifiés. Néanmoins, on sait, grâce à des expériences antérieures, que plus la maladie est sévère, plus le sang des patients est chargé en neuropeptides (des messagers chimiques envoyés par les neurones) et en enzymes caractérisant la présence de mastocytes (des grosses cellules immunitaires). Ces deux équipes se sont alors demandé s'il existait une interaction entre ces différents acteurs. C'était l'objectif de leur recherche, parue dans la revue Nature

 La qualité de vie des malades est grandement altérée dans cette maladie. © Carolyn, Flickr, CC by-nd 2.0

La découverte d'unités neuro-immunes sensorielles

Dans l'étude dirigée par Nicolas Gaudenzio, chercheur Inserm à l'UMR1056, les scientifiques ont travaillé sur des modèles animaux souffrant de dermatite atopique. Ils ont découvert que les mastocytes et les neurones sensitifs s'agglutinaient entre eux au niveau du derme.

En présence d'acariens par exemple, ces unités parviennent à détecter les allergènes et à déclencher une réponse inflammatoire allergique. Ce qui est intéressant, c'est que ces unités sont aussi présentes chez des individus sains.

Les hypothèses germent alors dans la tête des chercheurs : « elles doivent constituer un mécanisme de défense de l'organisme et leur fonctionnement pourrait être altéré chez les patients souffrant de dermatite atopique », soulève Nicolas Gaudenzio. Enfin, l'histoire ne s'arrête pas là. Les nouvelles ambitions des expérimentateurs sont d'identifier les liens moléculaires entre ces unités et d'identifier des molécules qui permettraient de bloquer ces interactions. Si ces unités constituent bien un mécanisme déclencheur, cela pourrait potentiellement permettre de rendre une qualité de vie acceptable aux malades. Affaire à suivre. 

  • La dermatite atopique est une maladie chronique inflammatoire allergique dont on traite actuellement les symptômes grâce à des anti-inflammatoires. 
  • Une récente étude vient de détecter la présence d'unités neuro-immunes particulièrement sensibles aux allergènes. Une présence qui pourrait expliquer le déclenchement de la réaction inflammatoire allergique exacerbée. 
  • Identifier ce qui relie ces unités et chercher des molécules pouvant inhiber ce lien pourrait être une piste thérapeutique pour améliorer la qualité de vie des malades.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Du venin pour traiter le diabète, l'obésité et les allergies  Dans le sud de la Belgique, une équipe de recherche travaille sur un sujet un peu particulier. En utilisant du venin prélevé sur des animaux sauvages, des scientifiques espèrent développer des traitements contre le diabète, les allergies ou encore l’obésité. La chaîne Euronews nous en dit plus au cours de cet épisode de Futuris.