Si la chimiothérapie permet de lutter contre le cancer, elle a parfois des effets néfastes sur les autres cellules. Des effets qui peuvent aussi favoriser la dissémination du cancer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer du sein : dépistage À partir de 50 ans il est recommandé de faire une mammographie tous les 2 ans. Mais à quoi sert le dépistage ?

La chimiothérapie est un traitement très répandu pour soigner les cancers, avant ou après une chirurgiechirurgie ou en complément d'une radiothérapie. Les médicaments de chimiothérapie agissent de façon systémique, à la fois sur les cellules cancéreuses et sur les cellules saines, ce qui a des conséquences parfois sérieuses. Des effets secondaires dus au traitement qui dépendent de la dose, de la moléculemolécule administrée et de l'état de santé du patient, mais aussi des changements au niveau cellulaire qui, paradoxalement, favoriseraient la dissémination des cancers.

C'est la conclusion d'une étude parue récemment dans International Journal of Molecular Sciences menée par l'université de l'État de l'Ohio, aux États-Unis. Les scientifiques ont observé l'effet de la cyclophosphamide (CTX), un anticancéreux utilisé pour lutter contre les cancers du seincancers du sein, sur la paroi des vaisseaux sanguins et l'adhérence des cellules cancéreuses à ces derniers. 

Voir aussi

L'immunothérapie, un nouveau traitement contre le cancer ?

Fragiliser la cohésion entre les cellules

Tout est parti d'observations faites dans une précédente étude réalisée par la même équipe : les souris qui ont été traitées par la CTX quatre jours après avoir reçu une injection en intraveineuse des cellules de cancer du sein ont plus de cellules cancéreuses dans les poumonspoumons que celles qui n'ont pas reçu la CTX. Ici, l'objectif est de décortiquer le mécanisme derrière ce phénomène. Le voici.

La CTX augmente la perméabilité des vaisseaux sanguins des poumons, c'est-à-dire que l'endothélium vasculaire, la couche de cellules en contact direct avec le sang, n'est plus aussi cohésif. La membrane basalemembrane basale, le socle sur lequel est ancré l'endothélium, est accessible. Or la membrane basale fournit des points d'accroche aux cellules cancéreuses en circulation dans le sang. La CTX augmente la concentration sérique de métalloprotéinase 2, des enzymesenzymes protéolytiques, capables de remodeler la membrane basale et augmenter son adhérence. Faut-il encore que la cellule cancéreuse puisse s'y ancrer.

Le mécanisme résumé de l'effet de la CTX sur les vaisseaux sanguins et l'adhérence des cellules cancéreuses. © Justin D. Middleton et al., <em>The International Journal of Molecular Sciences</em>
Le mécanisme résumé de l'effet de la CTX sur les vaisseaux sanguins et l'adhérence des cellules cancéreuses. © Justin D. Middleton et al., The International Journal of Molecular Sciences

S'accrocher aux vaisseaux sanguins

Pour cela, elle dispose de « crochets » à sa surface. Ce sont les protéinesprotéines transmembranaires de la famille des intégrines. Sans elles, les cellules cancéreuses ne peuvent pas profiter de la déstabilisation de l'endothélium vasculaire induit par la CTX.

La compréhension de ce mécanisme offre aux scientifiques plusieurs cibles pour limiter les potentielles conséquences néfastes d'un traitement à la cyclophosphamide. En jouant sur la métalloprotéinase 2, les intégrines et les laminines de la membrane basale, les scientifiques ont observé que les cellules cancéreuses n'adhéraient plus aussi facilement à l'endothélium vasculaire. L'adhérence aux vaisseaux sanguins est l'une des étapes clés qui permet aux cancers de se disséminer et de coloniser de nouveaux organes.