À chaque nouveau naufrage, la faune sauvage est mise en danger. Il n’est alors malheureusement pas rare de voir s’échouer sur nos plages des oiseaux de mer mazoutés. Et il n’est pas toujours évident de savoir comment s’y prendre pour leur venir en aide.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un filet ultra-absorbant pour lutter contre les marées noires Les marées noires sont dangereuses pour l’environnement marin. Que ce soit les espèces de la fnull

La première chose à faire si vous retrouvez un oiseau mazouté échoué sur une plage, c'est de contacter le centre de soins le plus proche. Cela peut être un centre de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), une station ornithologique, un centre de sauvegardesauvegarde ou autre. La personne, spécialiste de la question, avec laquelle vous serez amené à échanger, saura sans nul doute vous orienter. Elle vous demandera probablement l'espèce à laquelle appartient l'oiseau et le nombre d'oiseaux concernés s'il y en a plusieurs. Et elle fera en sorte de dépêcher quelqu'un sur place pour la prise en charge. Dans l'attente, évitez de toucher l'oiseau si vous n'êtes pas muni de gants. Les hydrocarbureshydrocarbures qui le couvrent, en effet, peuvent se révéler toxiques pour vous aussi.

Les soins à apporter à un oiseau mazouté ne sont pas simples et mieux vaut laisser des spécialistes s'en charger. Toutefois, si aucune structure habilitée ne peut s'en occuper - ou dans l'attente un peu longue d'un transfert dans un centre -, il est bon de connaître les quelques gestes suivants.

Rappelons que le plumage d'un oiseau mazouté perd son caractère imperméable. En mer, l'oiseau risque donc la noyade. Il faut, le cas échéant aider l'oiseau à rejoindre la terreterre ferme. S'il a pu rejoindre la plage tout seul, après plusieurs jours de dérive, il en sera d'autant plus affaibli.

En décembre 1999, plus de 60 espèces d’oiseaux ont été touchés par la marée noire de l’Erika pour un total de 74.000 oiseaux mazoutés enregistrés. © PIXATERRA, Fotolia
En décembre 1999, plus de 60 espèces d’oiseaux ont été touchés par la marée noire de l’Erika pour un total de 74.000 oiseaux mazoutés enregistrés. © PIXATERRA, Fotolia

Quelques gestes pas si simples

Il convient ensuite de placer l'oiseau dans un carton aéré d'une taille adaptée à celle de l'oiseau pour le protéger du ventvent. Vous pouvez déposer au fond du carton, un linge épais et mou. Notez que si l'oiseau est entièrement mazouté, il se trouvera probablement en hyperthermie, car les hydrocarbures retiennent la chaleurchaleur de son corps. Plus généralement, il n'est pas complètement mazouté. Il se trouve alors en hypothermie du fait des infiltrations d'eau. Il faudra lui permettre de se réchauffer.

Avant cela, pour attraper l'oiseau, approchez-vous doucement. Entourez-le d'un linge épais et plaquez ses ailes sur son corps. S'il se débat, maintenez son becbec avec une main et cachez sa tête. Le tout doit se faire fermement, mais sans brutalité pour éviter que l'oiseau ne prenne trop peur.

Une fois l'oiseau dans le carton, commencez à le nettoyer. Les yeuxyeux, l'intérieur du bec et les narinesnarines avec un linge propre ou mieux, des compresses et des Coton-Tige. L'idée : dégager ses voies respiratoires. Laver aussi, à l'aide d'un papier absorbant, les parties les plus mazoutées de son plumage. Puis proposez-lui à boire. En faisant couler de l'eau douceeau douce le long de son bec s'il est trop faible pour se débrouiller tout seul.

Au centre de sauvegarde, les spécialistes sauront ensuite lui administrer des solutions réhydratantes et des pansements gastriquesgastriques appropriés. Car les oiseaux mazoutés ont malheureusement tendance à avaler des hydrocarbures en se toilettant. Ils sauront également le protéger des germesgermes opportunistes et le nourrir par gavagegavage si nécessaire. Une fois que l'oiseau aura retrouvé un peu de force, il sera démazouté à la main ou à l'aide d'une machine spéciale, à l'eau chaude et à l'aide d'un détergent à usage vétérinaire. Avant d'être relâché, l'oiseau subira une phase de réadaptation en piscine afin de retrouver l'imperméabilité de son plumage et une condition physiquephysique acceptable.