L’écureuil gris est originaire d’Amérique du nord. En Europe, il est considéré comme une espèce invasive qui concurrence son cousin, l’écureuil roux et nuit aux arbres en les écorçant. Mais il ne figure pas au top 5 des espèces invasives qui nous coûtent le plus cher. © quietbits, Adobe Stock
Planète

Top 5 des espèces invasives qui nous coûtent cher

Question/RéponseClassé sous :animaux , espèce invasive , espèce envahissante
 

Qu'il s'agisse d'une plante ou d'un animal, une espèce invasive -- une espèce envahissante pour adopter l'expression française consacrée -- perturbe les milieux dans lesquelles elle s'établit. Leur biodiversité. Mais pas seulement. Les espèces invasives peuvent aussi être à l'origine d'importantes pertes économiques. Et de problèmes de santé publique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Préparez-vous à une invasion de tiques cet été  Cet été, en plus de l'infection de coronavirus, les Français devront songer à se prémunir contre une invasion de tiques qui s'annonce sévère. 

Introduites -- volontairement ou pas -- dans de nouveaux environnements par les humains, les espèces invasives ou envahissantes menacent la biodiversité de certaines régions. Elles constituent d'ailleurs la seconde cause d'extinction d'espèces. Mais elles peuvent aussi transmettre des maladies aux hommes, dévaster les cultures ou encore mettre à mal des infrastructures cruciales. Le tout arrivant avec un coût économique et de santé publique non négligeable. Début 2021, des chercheurs l'ont estimé à 1.288 milliards de dollars entre 1970 et 2017. L'équivalent d'une moyenne de 26,8 milliards de dollars par an. Mais avec une tendance à l'augmentation puisqu'en 2017, le coût des espèces invasives est estimé à 162,7 milliards de dollars. C'est vingt fois le budget de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Secrétariat de l'Organisation des Nations unies (ONU) !

En cause, un nombre d'espèces envahissantes qui augmente avec la multiplication des échanges internationaux. Mais il est à noter que les coûts liés à la prévention, à la surveillance et à la lutte contre ces espèces invasives ne sont pas grand-chose face à ceux qui résultent des dégâts qu'elles engendrent.

Le moustique tigre transmet des maladies

Le moustique tigre. Il est petit, mais il cause de nombreux problèmes dans les régions qu’il conquiert. © RealityImages, Adobe Stock

Le moustique tigre d'Asie (A. albopictus) et son cousin d'Afrique subsaharienne (A. aegypti) ont commencé à envahir le monde au milieu des années 1980. Ils transmettent Zika, chikungunya, fièvre jaune ou encore dengue. Et c'est là l'essentiel du coût qu'ils représentent : environ 149 milliards de dollars à eux seuls entre 1970 et 2017.

Le rat à l’origine de bien des dégâts

Le rat est un mal aimé. Et pour cause. Il est responsable de bien des dégâts et de quelques maladies. © Alekss, Adobe Stock

Le rat (Rattus) a conquis le monde en empruntant les bateaux des hommes. Cela a commencé il y a 3.000 ans. Et une fois débarqués, les rats, en général, surpassent les autres petits mammifères. Sur les îles, ils peuvent même conduire à des extinctions en s'attaquant aussi aux oiseaux et aux poissons.

Le rat est aussi reconnu pour endommager les cultures, détruire des propriétés et transmettre des maladies -- parmi lesquelles la peste bubonique. Résultat, une facture qui s'élève depuis 1970 seulement, à quelque 67 milliards de dollars.

Le chat, un redoutable prédateur

À le voir comme ça, il semble inoffensif, mais le chat est un redoutable prédateur. © Alena Ozerova, Adobe Stock

Le chat (Felis catus) est originaire d'Europe et du Moyen-Orient. Mais il est aujourd'hui installé sur (presque) tous les continents. C'est un prédateur redoutable pour les petits animaux. Certains estiment même à un milliard le nombre d'oiseaux que les chats tuent chaque année aux États-Unis. Résultat, des dommages économiques estimés à quelque 52 milliards de dollars depuis 1970.

Les termites et leur attirance pour le bois de nos charpentes

Les termites peuvent causer des dégâts importants aux charpentes et aux maisons en bois. © thithawat, Adobe Stock

Les termites (Coptotermes formosanus) nous viennent d'Asie de l'est. Elles se plaisent partout où il y a de la cellulose et de l'humidité. C'est bien sûr leur goût pour le bois qui cause la plupart des ravages dont elles sont responsables. Elles peuvent aussi endommager les cultures et les exploitations arboricoles. Leur coût depuis 1970 : environ 19 milliards de dollars.

Les fourmis de feu, particulièrement agressives

Les fourmis de feu s’attaquent volontiers aux semis et aux pâturages. © elharo, Adobe Stock

Les fourmis de feu (Solenopsis invicta), particulièrement agressives, deviennent rapidement dominantes lorsqu'elles sont introduites dans une région. Elles sont originaires d'Amérique du sud, on les trouve aujourd'hui aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Chine et aux Caraïbes. Elles dévorent les semis, réduisent la taille des pâturages pour le bétail et mordent et piquent les animaux des fermes et les humains. Le tout pour un coût de quelque 17 milliards de dollars depuis 1970.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !