Planète

La dune : formation et mouvements

Dossier - Paysages et roches : l'épiderme de notre planète
DossierClassé sous :géologie , roche , strate

-

Où que nous soyons, notre regard « foule » le paysage ! Paysage fugace qui défile par la fenêtre du train ou de la voiture. Paysage mosaïque qui se dessine depuis le hublot de l’avion. Paysage environnant qui se déroule tout au long d’une randonnée. Paysage panoramique que l’on scrute depuis un belvédère.

  
DossiersPaysages et roches : l'épiderme de notre planète
 

Une dune, et en particulier une dune littorale, est un tas de sable, forme d'accumulation d'origine éolienne, qui se construit en haut d'une plage, perpendiculairement aux vents dominants, arrivant le plus généralement de la mer.

Dunes de sable Sahara. © Unsplash Domaine public

Formation de la dune

La croissance d'une dune nécessite de grandes quantités de sable disponible sur une plage large, en partie exondée, le sable mouillé ne donnant pas prise au vent. Les accumulations dunaires ne sont pas totalement stables et se déplacent vers l'intérieur des terres, poussées par les vents.

Les uns après les autres, les grains se mettent en mouvement par petits bonds successifs. D'autres s'envolent quand le vent souffle en rafale. En arrière de la plage, le vent rencontre des reliefs et de la végétation, qui lui barrent le chemin. Il faiblit et son pouvoir de transport diminue. Les grains s'arrêtent, s'accumulent et forment un tas. La croissance d'une grande dune nécessite des vents forts et réguliers, ainsi qu'une importante réserve d'alimentation en sable. Il arrive cependant d'observer de grandes dunes qui bordent des plages étroites. Il faut imaginer que la plage, aujourd'hui réduite, était beaucoup plus large il y a quelques siècles ou millénaires.

La dune du Pyla avance et les arbres qu’elle ensable meurent les uns après les autres. Il n’est pas rare de voir ressortir un tronc, quelques décennies ou siècles plus tard sur l’autre versant de l’édifice. © François Michel

Description des dunes

Une dune présente un profil transversal dissymétrique avec une pente douce du coté du vent et une pente plus raide du coté terre. La dune bordière délimite le haut de la plage par un bourrelet sableux de un à quelques mètres de haut. Sa base correspond à la haute mer et peut être endommagée lors des tempêtes. En arrière de ce premier cordon, on peut voir se développer un champ de dunes montrant des formes différentes : dunes alignées, dunes paraboliques, dunes en râteau... plus ou moins fixées par la végétation.

Le mouvement des dunes

Les dunes bougent. Les grains poussés par le vent remontent la pente, atteignent le sommet et retombent de l'autre côté. L'édifice progresse ainsi vers l'intérieur des terres et menace cultures, forêts et habitations.  En Gascogne, avant qu'elles ne soient fixées par les racines des pins et des oyats, elles se déplaçaient dans certains secteurs jusqu'à 20 ou 30 mètres par an. L'église de Soulac-sur-Mer, dans les Landes, est ensablée jusque sous les vitraux, à plusieurs mètres de sa base. Le travail de fixation des sables des Landes fut entrepris dès le XVIIIe siècle. Les dunes des Flandres gagnent aussi sur l'arrière-pays et ont fait disparaître l'église de Zuydcoote près de la frontière belge.