Planète

Le puy de Côme, cône volcanique parfait

Dossier - Paysages et roches : l'épiderme de notre planète
DossierClassé sous :géologie , roche , strate

-

Où que nous soyons, notre regard « foule » le paysage ! Paysage fugace qui défile par la fenêtre du train ou de la voiture. Paysage mosaïque qui se dessine depuis le hublot de l’avion. Paysage environnant qui se déroule tout au long d’une randonnée. Paysage panoramique que l’on scrute depuis un belvédère.

  
DossiersPaysages et roches : l'épiderme de notre planète
 

Un volcan est un « tas» construit par l'accumulation des matériaux rocheux, coulées de lave et projections, émis au cours des éruptions. Il présente le plus souvent une forme conique, comme tous les tas. C'est le cône volcanique, plus ou moins pentu et régulier en fonction du type d'activité du volcan. Il forme un relief marqué mais n'est pas pour autant une montagne au sens géologique du terme même si son altitude est parfois très élevée.

Le puy de Côme est un volcan de la chaîne des Puys, dans le Massif central. © Thesupermat CC BY-SA 3.0

Volcan presque parfait ! Le puy de Côme (1.253 mètres), dans la chaîne des puys, le plus grand cône volcanique des alentours - 350 mètres de hauteur au-dessus de sa base - est un volcan de type strombolien principalement construit par l'accumulation de scories lors de phases d'activité explosives assez régulières. Il a aussi émis quelques coulées de lave dont la cheire de Côme, la plus vaste de la région. Elle s'étend vers le nord-ouest jusqu'à Pontgibaud et la vallée de la Sioule, rivière dont elle a provoqué, à cette occasion, le barrage et le détournement. Le puy de Côme présente une forme conique très régulière soulignée par le découpage forestier de ses flancs en lanières rayonnantes, héritage des partages de parcelles lors des successions familiales.

Son sommet se caractérise par la présence de deux cratères emboîtés, respectivement de 450 et de 250 mètres de diamètre. Ce type de morphologie correspond aux deux dernières phases d'activité du volcan. L'avant-dernière phase a créé le cratère extérieur et fut sans doute assez rapidement suivie par une seconde et dernière phase explosive moins violente, ayant édifié un petit cône central et son cratère au cœur du précédent, avec, pour les deux, la même cheminée d'alimentation, d'où leur concentricité : une histoire qui date d'un peu plus de 10.000 ans.