Planète

Le lac souterrain de Saint-Léonard, en Suisse

Dossier - Grottes et cavernes, les secrets des profondeurs
DossierClassé sous :géologie , Terre , grotte

Les grottes fascinent par leur beauté et leur mystère. En calcaire, de grès ou sous-glaciaires, elles peuvent prendre différentes formes. Ces cavités abritent souvent la vie et ont même longtemps été l'abri privilégié de l'Homme. Plongez dans les profondeurs secrètes de la Terre, à la découverte des grottes et cavernes.

  
DossiersGrottes et cavernes, les secrets des profondeurs
 

Certaines grottes contiennent des lacs qui peuvent atteindre de très grandes dimensions. C'est le cas du lac de Saint-Léonard, situé en Suisse. Il s'agit du plus grand lac souterrain navigable d'Europe.

Lac souterrain. © Johnny Peacock, Pixabay, CC by-nc 2.0

La première visite du lac s'est faite au printemps 1943 par deux courageux membres de la Société suisse de spéléologie. À l'aide d'un canot pneumatique, ils traversent le plan d'eau dans toute sa longueur et débarquent sur la plage du fond, émerveillés par l'ampleur et la beauté des lieux.

L'année suivante, des militaires spécialisés dans les reconnaissances souterraines effectuent le relevé topographique complet de la cavité. En 1946, un tremblement de terre (amplitude 5,6 sur l'échelle de Richter ; épicentre : zone du Rawil) provoque des fissures supplémentaires, notamment dans le fond du lac, ce qui entraîne une plus grande perte d'eau qui s'échappe de la grotte pour se déverser dans la nappe phréatique. Les fissures sont petit à petit colmatées par le petit matériel du fond (argiles, gypse dissous).

Le lac de Saint-Léonard est le plus grand lac souterrain navigable d'Europe. © DR

Lacs souterrains et rivières

En 1949, le lac est rendu accessible au public. Alors que la mise en place des roches de cette région s'est étalée sur plusieurs dizaines de millions d'années (fin de l'ère secondaire, ère tertiaire), le creusement de la caverne date du Tardi voire du postglaciaire, ce qui est très jeune à l'échelle de l'histoire de la Terre. La cavité de Saint-Léonard résulte d'un phénomène d'érosion karstique, qui, ici, s'applique à du gypse.

Les lacs souterrains sont souvent en communication avec des rivières, elles aussi souterraines ou partiellement souterraines seulement. Ces rivières peuvent être à l'air libre et « disparaître brusquement dans le sous-sol, comme le Rhône à Bellegarde, dont voici une image :

Les lacs souterrains sont liés aux rivières ou fleuves, comme c'est le cas pour le Rhône. © DR

Au contraire, la rivière peut être souterraine et ressortir à l'air libre en quelqu'endroit comme la Venoge à l'Isle (Vaud, en Suisse). Voici quelques autres résurgences : la fontaine des Chartreux, à Cahors, aux sources de l'Ouysse, près Rocamadour, ou à Font Polémie, dans la vallée du Vers.

La résurgence de la Venoge, en Suisse, passe par un siphon. © DR

Le plus souvent, ces rivières passent par des siphons : c'est le cas pour la résurgence de la Venoge (Suisse) par exemple. Il est évident que de tels syphons rendent l'exploration des grottes très délicate et nécessitent un matériel de plongée adapté à l'exploration souterraine.