Planète

Les nombreux autres usages de l'amadouvier

Dossier - A la découverte de l'Amadouvier
DossierClassé sous :botanique , amadouvier , fomes fomentariusn

-

L'amadouvier, Fomes fomentarius (L. : Fr.) Fr., est un champignon d'apparence anodine mais trop coriace pour être consommé. Il a pourtant été cueilli et utilisé dès les temps préhistoriques. Ce dossier propose un bilan des connaissances relatives à ce champignon en l'évoquant sur les plans mycologique et écologique, mais également par le biais de ses nombreux usages à travers la préhistoire, l'histoire, l'histoire de la médecine, de la pharmacie et de l'odontologie, l'ethnologie…

  
DossiersA la découverte de l'Amadouvier
 

Outre la production du feu et son usage en médecine, l'amadouvier a été utilisé à des fins extrêmement variées : mèche, tabac, déodorant, siège, etc.

Au XVIIIème siècle, l'amadou était utilisé par les artificiers pour réaliser des mèches qui avaient la réputation de brûler sans répandre ni fumée, ni mauvaise odeur. Ces mèches étaient nommées boulets ou mèches d'Allemagne. Ainsi, lors de l'attentat manqué contre Bonaparte le 3 Nivôse de l'an IX, la mèche utilisée par les conjurés pour allumer la machine infernale qui aurait dû mettre fin aux jours du Premier Consul était en amadou.

Des amadouviers étaient employés par les Ostyaks et les Khanty de Sibérie pour fabriquer une poudre à priser. Un polypore, qui correspond probablement à l'amadouvier, réduit en cendres était chiqué, mélangé ou non à du tabac, par certains Eskimos occidentaux et indiens d'Amérique du Nord.

Chez les indiens Makah du nord-ouest de la péninsule Olympique (Amérique du Nord), certains polypores, dont Fomes fomentarius, étaient réduits en poudre sur une roche dure afin de servir de déodorant.

Des chasseurs d'Ukraine auraient utilisé de gros exemplaires d'amadouvier en guise de siège. De même, des amadouviers étaient employés en Bohême comme vases pour y placer des fleurs. Les tubes étaient creusés pour aménager une cavité et le champignon était fixé à l'envers sur un mur. L'amadou fut également employé pour réaliser des coussins pour planter des aiguilles et ainsi les protéger de l'oxydation.


Des objets utilitaires, comme ce porte-aiguilles, sont encore confectionnés par les artisans de Korond en Roumanie (cliché : B. Roussel).

L'amadouvier est encore aujourd'hui en usage chez les pêcheurs pour sécher les "mouches flottantes". Lorsque la mouche est trop humide, il suffit de la presser entre deux feuillets d'amadou pour la libérer de l'eau qui l'imprégnait et la rendre ainsi à nouveau susceptible de flotter. Bien que des substances synthétiques tendent à remplacer cette technique de séchage, il est encore possible de trouver de l'amadou dans les boutiques spécialisées dans les articles de pêche


Feuillets d'amadou pour sécher les mouches, fixés par deux et munis d'une pince (cliché : B. Roussel).


Autre modèle de feuillet d'amadou encore vendu dans les boutiques d'articles de pêche (cliché : B. Roussel).