Planète

Requin pèlerin

DéfinitionClassé sous :zoologie , poisson , branchies
Photo d'un requin pèlerin. © Chris Gotschalk, domaine public

Requin pèlerin (Gunnerus 1765) - Cetorhinus maximus

  • Ordre Lamniformes
  • Famille Cetorhinidae
  • Genre Cetorhinus
  • Taille : 10 à 12 mètres
  • Poids : 5 à 12 tonnes
  • Longévité : 40 à 50 ans

Statut de conservation UICN : VU vulnérable

Description du requin pèlerin

Le requin pèlerin est un poisson cartilagineux qui se distingue des autres requins par sa grande taille fusiforme. Les coloris de son épiderme varient du noir au gris-brun, voire au bleu-gris sur la partie supérieure. Ils s'éclaircissent sur les flancs pour devenir blanchâtres sur le ventre. Le premier aileron dorsal est situé un peu en avant de la moitié du corps et se dresse à plus d'un mètre. Il adopte une forme de triangle équilatéral. Le second, placé entre le premier et la nageoire caudale ne présente que le quart de la taille du principal. La caudale mesure entre un cinquième et un quart de la longueur totale de l'animal.

Elle est en forme de croissant et le lobe supérieure est plus grand que le lobe inférieur. La nageoire anale est petite et placée en arrière de la seconde dorsale. Les pectorales sont larges et prennent naissance immédiatement derrière la cinquième fente branchiale. La tête est courte par rapport au reste du corps et le museau court est prolongé par un appendice semblable à une  trompe. Les yeux situés latéralement et derrière la bouche sont petits et ne possèdent pas de membrane nictitante. Le poisson possède cinq fentes branchiales dont la plus grande est placée vers l'avant. La bouche est très grande et occupe presque toute la largeur de la tête.

Habitat du requin pèlerin

Le requin pèlerin occupe les secteurs maritimes où se concentre le plancton dont il se nourrit, c'est-à-dire dans les eaux tempérées et froides des deux hémisphères, en dessous des cercles polaires arctique et antarctique. Il ne fréquente pas les eaux équatoriales et n'est pas présent non plus dans l'océan Indien.

Comportement du requin pèlerin

À l'instar du requin-baleine, et malgré sa taille imposante, le requin pèlerin est un poisson indolent et inoffensif. Il a l'habitude, au plus chaud de la journée, de se reposer à la surface soit en ne laissant dépasser que l'aileron dorsal, soit en se couchant sur le flanc comme le poisson-lune. De cette particularité, est né son surnom de requin-flâneur. Bien que solitaire, il a également des mœurs grégaires lors des périodes de reproduction où on peut rencontrer des groupes de plusieurs dizaines d'individus de tailles différentes, ou lors des migrations. Lors de ces voyages il a été établi qu'il se déplaçait jusqu'à 1.000 mètres de profondeur.

Il est très sélectif sur la nourriture et semble être en mesure de mémoriser les déplacements du zooplancton au cours des saisons pour se nourrir de ses espèces préférées. Il est régulièrement accompagné de poissons commensaux nettoyeurs ou parasites : rémoras, lamproies... et il a souvent été observé sauter hors de l'eau pour tenter de s'en défaire. Mais la dépense d'énergie est colossale pour un résultat quasi nul.

Reproduction du requin pèlerin

Le requin pèlerin est ovovivipare. La femelle donne naissance tous les quatre ans, a des jeunes formés mesurant de 1,50 à 2,00 mètres après une gestation très longue située entre 2,6 et 3,5 années. Il s'agit de la gestation la plus longue du règne animal. Le requin pèlerin n'est pas très productif et les jeunes sont très peu nombreux. Il est d'ailleurs difficile de les observer car ils doivent rester en eaux profondes jusqu'à ce qu'ils aient atteints une taille raisonnable, les mettant à l'abri des prédateurs les plus courants. Ils atteignent leur maturité sexuelle au bout de douze à seize ans pour les mâles et de seize à vingt ans pour les femelles.

Régime alimentaire du requin pèlerin

Le poisson se nourrit presque exclusivement de zooplancton. En été, il nage dans des eaux entre 11 et 14 °C, et traverse les bancs de plancton la bouche grande ouverte. Il évacue l'eau par les fentes branchiales qui régénèrent l'oxygène du sang, et se nourrit des myriades de minuscules animaux qu'il a capturés. Mais il lui arrive également d'ingérer des poissons tels que des harengs, sardines, maquereaux et anchois, mais aussi des crevettes pélagiques.

Menaces sur le requin pèlerin

Le requin est chassé depuis longtemps à proximité des côtes pour son foie, sa chair et sa peau qui fournit un cuir résistant. De nos jours, cette pêche a cessé sauf en Chine et au Japon où le requin est recherché pour ses ailerons et ses nageoires qui, fraîches, sont revendues près de 1.000 $ le kilo, ou son foie qui aurait des vertus aphrodisiaques pour les Japonais...  En raison de sa croissance lente, de sa longue période de gestation et des pertes subies durant le siècle passé, le requin pèlerin est classé comme vulnérable par l'UICN.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi