Planète

Oryctérope du Cap

DéfinitionClassé sous :zoologie , mammifère , fourmilier
 
L'oryctérope est le fourmilier fouisseur d'Afrique. © MontageMan, Wikimedia Commons, cc by 2.0

Oryctérope du Cap (Pallas 1766) - Orycteropus afer

  • Ordre : Tubulidentata
  • Famille : Orycteropodidae
  • Genre : Orycteropus
  • Taille : 0,90 à 1,00 (longueur de la queue 0,40 à 0,55 m)
  • Poids : 40 à 80 kg
  • Longévité : 15 à 18 ans

Statut de conservation UICN : LC, Préoccupation mineure

Également appelé « cochon de terre », l'oryctérope du Cap est un mammifère fourmilier à l'aspect étrange, unique membre de l'ordre des tubulidentés, dont l'intérêt écologique est essentiel, car il régule efficacement les populations de termites sur le continent africain.

Description de l'oryctérope du Cap

L'oryctérope du Cap possède la taille d'un petit cochon au corps trapu fortement voûté, et à la peau épaisse. Le coloris de son épiderme varie entre le gris sable et le brun rougeâtre. Cette dernière couleur est principalement due à la terre que l'animal brasse en creusant le sol. Le mammifère est parsemé de poils épars qui deviennent plus rares chez les adultes âgés. Un cou court supporte une tête allongée au groin tubulaire, et munie de deux grandes oreilles semblables à celle d'un âne. Les pattes sont courtes et plutôt fines. Les pattes antérieures sont équipées de quatre griffes puissantes, et les postérieures de cinq, que l'animal utilise avec dextérité pour éventrer et fouiller les termitières, et pour creuser des galeries. La queue longue et effilée en pointe, traîne au sol lorsque l'oryctérope marche, laissant une trace caractéristique de son passage.

Habitat de l'oryctérope du Cap

On trouve l'oryctérope du Cap sur l'ensemble de la zone subsaharienne du continent africain, à l'exception des forêts tropicales denses du centre et de l'ouest. C'est un animal qui s'est adapté aux savanes dans lesquelles vivent ses proies préférées : les termites. Il ne fréquente que les terrains au sol meuble facile à creuser, en plaine ou sur les plateaux d'altitude. Il a été observé jusqu'à 3.200 mètres en Éthiopie.

Comportement de l'oryctérope du Cap

L'oryctérope est un animal solitaire et nocturne qui passe la nuit à parcourir son domaine variant entre 15 et 30 km2, à rechercher sa nourriture. Le reste du temps, il le passe à se reposer dans des galeries simples ou plus complexes qu'il a préalablement creusées. Certains terriers sont uniquement utilisés pour le repos, et d'autres plus complexes, qui peuvent atteindre 13 m de long et 6 m de profondeur, sont destinés à la mise bas et à l'élevage des jeunes. La gamme des vocalisations n'est pas très étendue. Habituellement, l'oryctérope grogne, mais en cas de danger, il peut pousser des cris ressemblant à des bêlements. L'animal a une mauvaise vision, mais une ouïe très fine et un excellent odorat. Lorsqu'il se sent menacé, l'oryctérope du Cap se met debout sur ses pattes arrière en position défensive, ou sur le dos, griffes pointées vers le haut pour se défendre. Ses principaux prédateurs sont les lions, les léopards et les hyènes.

Reproduction de l'oryctérope du Cap

La femelle de l'oryctérope du Cap donne naissance à un seul petit d'un poids avoisinant les 1.800 g, au terme d'une gestation de sept mois. Le jeune commence à quitter le terrier et à suivre sa mère au bout de deux semaines. Il est sevré au bout de trois mois et prend son indépendance vers six mois. Le juvénile devient sexuellement mature au bout de la deuxième année.

Régime alimentaire de l'oryctérope du Cap

À l'instar du fourmilier sud-américain, l'oryctérope du Cap se nourrit essentiellement de termites et de fourmis qu'il capture à l'aide de sa longue langue enduite de salive gluante. Après avoir éventré le nid, l'animal avale ses proies sans les mâcher, car elles sont digérées dans l'estomac. Il est capable d'ingérer 50.000 hyménoptères en une seule nuit. L'oryctérope ne pille pas ses ressources et laisse aux fourmilières et aux termitières la capacité de se reconstituer. Du fait de l'épaisseur de sa peau, l'animal est insensible aux défenses chimiques et aux morsures des insectes. Il lui arrive occasionnellement de manger des coléoptères, et surtout le fameux concombre d'oryctérope (Cucumis humifructus), qui est une variété de citrouilles aux fruits souterrains. Ce végétal dépend exclusivement de l'oryctérope pour la dissémination de ses graines, et l'animal y trouve l'eau nécessaire à sa survie. Le fait que l'animal possède quelques paires de molaires peut expliquer cette symbiose.

Menaces sur l'oryctérope du Cap

Les effectifs et les tendances démographiques de l'oryctérope du Cap ne sont pas connus. On pourrait imaginer que c'est un animal peu commun, mais cela est dû à son mode de vie discret et nocturne. Les populations sont probablement moins importantes dans certaines zones géographiques que par le passé, du fait de l'expansion des activités humaines (cultures, élevage et chasse alimentaire ou pour la médecine traditionnelle), mais leur survie ne semble pas être compromise.

Cela vous intéressera aussi