Planète

Grue blanche

DéfinitionClassé sous :zoologie , oiseau , échassier
Des scientifiques ont utilisé des ULM pour aider les nouvelles générations de grues à migrer du site de Necedah dans le Wisconsin au refuge faunique de Floride. © Wisconsin Department of Natural Resources, CC BY-ND 2.0

Grue blanche (Linnaeus 1758) - Grus americana

  • Ordre : Gruiformes
  • Famille : Gruidae
  • Genre : Grus
  • Taille : 1,30 à 1,50 m (envergure 2,00 à 2,20 m)
  • Poids : 5 à 7 kg
  • Longévité : 18 à 23 ans

Statut de conservation UICN : EN En danger

Description de la grue blanche

La grue blanche est un oiseau échassier au plumage blanc, à l'exception des rémiges primaires qui sont noires, mais celles-ci ne sont visibles qu'en vol. Le dessus de la tête est nu et rougeâtre, et la face alterne des coloris rouge et noir. Le bec long et pointu est vert foncé, tandis que les pattes sont noirâtres. Les deux sexes se ressemblent, mais le mâle est un peu plus grand et plus lourd que la femelle. C'est le plus grand oiseau d'Amérique du Nord.

Portrait d'une grue blanche. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Portrait d'une grue blanche. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Habitat de la grue blanche

Au début du XIXe siècle, la distribution géographique de la grue blanche couvrait l'ensemble du territoire nord-américain et une bonne partie du Canada. Mais de nos jours l'oiseau ne survit plus que dans quelques zones sanctuaires : le parc national de Wood Bufalo qui se trouve à cheval sur les provinces de l'Alberta et des territoires du nord-ouest au Canada (unique site de reproduction), et dans le refuge faunique national d'Aransas à proximité du golfe du Mexique, dans l'État du Texas aux États-Unis (site d'hivernage).

En utilisant des ULM pour les guider, des chercheurs ont enseigné aux nouvelles générations de grues à migrer jusqu'à la réserve faunique nationale de Necedah dans le Wisconsin, et de cette dernière réserve jusqu'en Floride. Une population non encore indépendante issue d'oiseaux élevés en captivité, a été introduite dans la réserve nationale Chassahowitzka, en Floride. Cette dernière population est sédentaire. La grue blanche vit et se reproduit dans les zones humides marécageuses et de prairies submergées aux berges plantés de saules. Dans l'aire d'hivernage, elle occupe les marais salants aussi bien que les étangs peu profonds d'eau douce

Habitat type des grues blanches dans le refuge faunique national d'Aransas au Texas. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Habitat type des grues blanches dans le refuge faunique national d'Aransas au Texas. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Comportement de la grue blanche

La grue blanche est un oiseau grégaire qui niche en petites colonies. C'est un excellent voilier capable de franchir les 4.000 km qui séparent le site de nidification du site d'hivernage. Elle utilise les courants thermiques ascensionnels pour s'élever et plane jusqu'à ce qu'elle éprouve le besoin de reprendre de l'altitude. Son cri retentissant ressemble à une sonnerie de clairon et s'entend à plusieurs kilomètres à la ronde. C'est un oiseau élégant dont le plumage immaculé attire l'œil dans l'immensité de la toundra canadienne.

Couple de grues blanches. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Couple de grues blanches. © Lance and Erin, CC BY-NC-ND 2.0

Reproduction de la grue blanche

Le nid est construit dans la végétation aquatique un peu en surplomb du niveau de l'eau, à l'aide d'herbes diverses. La femelle y pond deux œufs blancs tachetés de brun, que les deux parents couvent à tour de rôle. Mais un seul poussin survit généralement. Le juvénile prend son indépendance entre 80 et 90 jours et atteint sa maturité sexuelle vers 4 ou 5 ans.

Juvénile de grue blanche. © Donna Dewhurst, Fish and Wildlife Service, domaine public

Juvénile de grue blanche. © Donna Dewhurst, Fish and Wildlife Service, domaine public

Régime alimentaire de la grue blanche

La grue blanche est omnivore et mange tout ce qui lui tombe sous le bec selon qu'elle se trouve sur son site de nidification ou d'hivernage. Son alimentation comporte des insectes, des mollusques, des crustacés, des amphibiens, des reptiles, des pousses tendres et des tubercules, des graines sauvages ou cultivées, des baies, des gastéropodes, mais également des rongeurs et des poissons.

Grue blanche en quête d'un repas. © animaltourism.com, CC BY-NC-ND 2.0

Grue blanche en quête d'un repas. © animaltourism.com, CC BY-NC-ND 2.0

Menaces sur la grue blanche

La grue blanche est en danger de disparition. En effet, depuis le début du XIXe siècle, à l'arrivée des colons aux États-Unis, ceux-ci ont asséché les prairies humides constituant l'habitat des oiseaux, pour en faire des zones de culture et l'ont chassée pour se nourrir. Avec seulement 263 individus à l'état sauvage recensés en 2010, et son faible taux de reproduction, l'espèce est classée en danger. La plus grande menace actuelle consiste en la collision des oiseaux avec les lignes à haute tension. Mais les efforts de conservation de l'espèce menés conjointement par le Canada et les États-Unis, laissent espérer que l'oiseau passera bientôt au statut de vulnérable.

Ci-dessous, les derniers refuges où l'on peut observer la grue blanche dans son milieu naturel.

Canada

  • Parc national de Wood Buffalo (provinces de l'Alberta et des Territoires de l'Ouest).

États-Unis

  • Refuge faunique national d'Aransas (État du Texas).
  • Réserve faunique nationale de Necedah (État du Wisconsin).
  • Réserve nationale de Chassahowitzka (État de Floride).
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi