Vers la disparition des lucioles… à cause des humains

Classé sous :insecte , lucioles , espèces menacées

Si vous avez déjà croisé un petit insecte luisant un soir d’été dans votre jardin ou lors d'une balade, vous êtes chanceux. Si elles émerveillent les amateurs de leur lumière jaune-verte en Asie, les lucioles se font plutôt discrètes en Europe. Selon une étude mondiale conduite auprès des spécialistes de cet insecte fascinant, trois causes pèsent lourdement sur leur population. Mauvaise nouvelle, elles sont toutes dues aux activités humaines.

Pour les experts interrogés, la destruction de leur habitat est la menace la plus inquiétante. C'est le cas pour l'espèce Pteroptyx tener qui vit dans des mangroves en Malaisie, un écosystème menacé par les plantations de palmiers à huile dont la pression des fruits donne la « fameuse » huile de palme.

La pollution lumineuse arrive sur la deuxième marche du podium. Cela peut paraître étonnant, mais selon l'auteur de l'étude, Sara Lewys : « Le flash lumineux est un élément important de leur parade nuptiale ». Toute pollution lumineuse qui empêche le flash lumineux d'être vu par les autres lucioles est donc un poids sur leur reproduction.

Enfin, la troisième menace détectée par les experts est l'utilisation d'insecticides. Ces insectes passent la majorité de leur vie sur le sol. Bien que pourvues d'ailes, les lucioles ne volent pas beaucoup. Les insecticides tuent aussi les larves enfouies dans le sol. Si rien ne change, observer des lucioles relèvera du miracle. 

Une luciole de l'espèce Photinus pyralis en plein vol nocturne dans l'état de Géorgie. © Ivan Kuzmin, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi les insectes pollinisateurs sont-ils indispensables ?  « Les insectes pollinisateurs sont des éléments clés pour l’ensemble de la biodiversité », démontre Colin Fontaine, écologue au CNRS. Ils sont importants, voire indispensables à la reproduction de nombreuses plantes dont dépendent des animaux, directement ou indirectement. S’ils disparaissaient, cela serait une catastrophe, conclut le chercheur.