Planète

Cancer de la peau chez des poissons : la faute au trou d'ozone ?

ActualitéClassé sous :zoologie , couche d'ozone , trou dans la couche d'ozone

L'apparition de « trous » dans la couche d'ozone a provoqué une augmentation du nombre de cancers de la peau chez l'Homme dans les régions exposées au surcroît d'UV. De nouvelles victimes potentielles, vivant cette fois sous l'eau, viennent peut-être d'être découvertes : les truites de corail. Des poissons sauvages atteints de mélanomes ont été observés... Une première. 

Les truites de corail (sujets de l'étude sur les mélanomes) sont des mérous et donc des serranidés. Elles ne s'éloignent jamais de plus de 500 m d'un récif. © fabvirge, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

La couche d’ozone, qui s'étend entre 30 et 50 km d'altitude, absorbe une grande partie des rayonnements solaires ultraviolets nocifs pour les organismes de notre planète. L'existence de trous apparaissant périodiquement au sein de cette région précise de la stratosphère, notamment en Antarctique, a été révélée durant les années 1970. Ces faiblesses ne sont pas sans conséquence pour les organismes vivant en dessous, notamment pour l'Homme chez qui le nombre de mélanomes, le cancer de la peau, tend à augmenter. Les animaux marins, tels que les baleines, sont également concernés.

Une nouvelle espèce pourrait bien être ajoutée à la liste des victimes : les truites de corail communes. Michael Sweet de l'University of Newcastle vient en effet de dévoiler, dans la revue Plos One, l'existence d'un grand nombre de Plectropomus leopardus touchés par le cancer de la peau au sein des communautés sauvages peuplant la région sud du Great Barrier Reef Marine Park, en Australie. 

Parmi les 20 truites de corail atteintes d’un cancer de la peau qui ont été prélevées, la surface des lésions a fortement varié d’un spécimen à l’autre. Elle est de moins de 10 % pour le poisson A contre plus de 90 % pour le spécimen B. Les cadres C et D présentent respectivement des échantillons de peau prélevés chez un Plectropomus leopardus sain et chez un individu malade. © Sweet et al. 2012, Plos One

Des cancers de la peau liés à un trou dans la couche d’ozone ?

Près de 136 poissons sauvages ont été prélevés autour de deux îles (Heron Island et One Tree Island) situées sous un trou dans la couche d’ozone. Vingt spécimens, donc environ 15 % des individus prélevés, présentaient des lésions noires sur 5 à 100 % de la surface de leur corps. Elles sont à s'y méprendre fortement similaires à celles observées chez un Homme atteint de la même affection. Les lésions étaient cependant toutes superficielles, ne mettant pas en péril la vie des victimes.

La cause précise de ces cancers n'a pas encore été déterminée avec certitude. Plusieurs facteurs ont néanmoins déjà été rejetés : une infection par des micro-organismes pathogènes ou l'existence d'une pollution particulière de l'eau. Les rayonnements UV, touchant en grande quantité les sites de prélèvement, constituent donc des candidats de choix pour expliquer l'apparition des mélanomes.

Une incidence probablement sous-évaluée

Malheureusement, le nombre de poissons touchés par la maladie pourrait être plus important qu'initialement estimé. En effet, les organismes présentant un stade avancé du cancer sont certainement moins actifs par rapport à leurs homologues sains ou affectés par des lésions superficielles. Ils se nourrissent probablement moins et sont donc peu enclins à se faire capturer puisqu'ils ne s'attaquent pas aux appâts. L'incidence de 15 % pourrait donc être sous-estimée.

Le cancer de la peau avait déjà été induit artificiellement chez des poissons xiphophorus en laboratoire. La présence d'un gène muté Xmrk avait alors été associée à une augmentation de la sensibilité des organismes aux rayons UV. Les truites de corail vont donc faire l'objet d'analyses génétiques approfondies dans les mois à venir. L'objectif serait de déceler la présence, ou l'absence, de la séquence de nucléotides incriminée. D'autres études seront menées pour déterminer, avec précision, l'étendue géographique du problème et surtout le nombre et l'identité des groupes de poissons touchés. Au moins deux autres espèces de truites de corail sont concernées. 

Les récifs coralliens et les populations de poissons qu'ils abritent souffrent déjà du réchauffement climatique ou de la dégradation de la qualité des eaux. Si elle est nouvelle, la présence de cancers de la peau chez les poissons constitue donc un nouveau problème dont il faudra tenir compte dans les efforts de conservation... 

Cela vous intéressera aussi