Les balises fournies par le centre de recherche basque Atzi-Tecnalia sont fixées sur la nageoire dorsale du thon. Les scientifiques forment et encouragent les plaisanciers à poser des balises sur certains thons durant leurs journées de pêche. © Azti-Tecnalia

Planète

Dans l'Atlantique, 6.370 km au compteur pour un thon blanc

ActualitéClassé sous :zoologie , océan , poisson

-

Un thon blanc marqué dans les eaux basques en 2006 a récemment été repêché au large du Venezuela. Ce poisson a parcouru 6.370 km, c'est la plus longue distance jamais enregistrée par une balise sur un spécimen de cette espèce.

La traque aura duré plus de six ans. Un thon blanc avait été marqué d'une balise en octobre 2006 au large des côtes basques. Depuis, il a parcouru 6.370 km dans l'océan Atlantique, pour être récemment pêché au large des côtes vénézuéliennes. Durant tout ce temps, les déplacements du thon ont été enregistrés. Si aujourd'hui la surveillance est terminée, les données récoltées pendant ces six années tracent la plus grande distance connue qu'un thon marqué a réalisée. Par ailleurs, c'est la première fois que cette espèce de poisson est trouvée dans sa zone de reproduction, bien loin de l'endroit où il a été marqué.

Les thons blancs sont des espèces pélagiques que l'on trouve exclusivement dans les régions tropicales et subtropicales. En octobre 2006, le thon étudié mesurait 50 cm et ne pesait que 2,5 kg. Fernando Zapirain l'avait attrapé durant un championnat de pêche sportive. Lors de cet événement sportif, quelque 1.000 spécimens ont été étiquetés avec des balises fournies par le centre de recherche basque AZTI-Tecnalia. Six ans plus tard, le thon en question mesurait un mètre de long et pesait vingt kilos de plus.

Le thon blanc portant une balise Azti-Tecnalia a été pêché dans les eaux vénézueliennes. Il avait été marqué au large de Gipuzkoan dans le Pays basque en octobre 2006. C'est la première fois que l'on enregistre une telle distance de parcours d'un thon. © Azti-Tecnalia

Sur tous les suivis réalisés sur les thons blancs balisés, il apparaît que peu de spécimens traversent tout l'Atlantique. Le thon en question est le premier à avoir été retrouvé si au sud de l'Atlantique Nord, dans son lieu de reproduction. La balise avait été implantée sur la deuxième nageoire dorsale du poisson. Par chance, des pêcheurs professionnels travaillant au large des côtes vénézuéliennes s'en sont aperçus lorsqu'ils l'ont pêché. Ils l'ont donc apporté à l'Institut océanographique du Venezuela, où les scientifiques ont pu prévenir le centre de recherche basque AZTI-Tecnalia et télécharger toutes les données.

Pêcheurs et scientifiques traquent ensemble les thons

Le marquage des thons permet d'obtenir des informations sur leurs déplacements, les migrations, la structure des stocks, la croissance, la taille et la physiologie de la population. Ces informations aident les experts dans l'analyse des répercussions que les différents types de pêche ont sur cette espèce. En 2007, un thon rouge avait été pêché dans les eaux au large du Massachusetts. Il avait également été marqué dans les eaux du Pays basque. Les données rapportent qu'il avait parcouru 6.170 km mais avait été pêché seulement deux ans après le début de sa surveillance.

Le centre de recherche basque AZTI-Tecnalia collabore avec de nombreux plaisanciers qui pratiquent la pêche sportive. À ce jour, des milliers de thons blancs, de thons rouges et de thons obèses ont été marqués. Les pêcheurs sont formés par le centre de recherche, ils apprennent à gérer les balises et le poisson pendant le marquage. Cette collaboration est, d'après le centre de recherche, essentielle pour le marquage et la notification des captures de spécimens marqués.

Cela vous intéressera aussi