Planète

Volcan Puyehue : naissance d'un cratère sous l'oeil de Spot 4

ActualitéClassé sous :Volcanologie , Astrium , Spot

L'activité du volcan chilien Puyehue, entré en éruption le 4 juin, a provoqué un nouveau cratère photographié par le satellite Spot 4 du Cnes.

Le satellite Spot 4 a surpris la naissance d'un cratère, consécutif au réveil du volcan Puyehue. Cette image est rendue publique par GEO-Informations Services. © Cnes 2011 – Distribution Astrium Services/Spot Image
  • Tout savoir sur les volcans grâce à notre dossier 

Depuis qu'il est entré en activité début juin, le volcan Puyehue est surveillé par de nombreux satellites dont ceux de la Nasa, de l'européen Envisat et les Spot 4 et Spot 5 construits par Astrium pour le Cnes. Ces satellites sont utilisés pour suivre l'évolution de l'éruption et particulièrement l'orientation du panache de fumée présentant des menaces pour la population et l'activité économique.

L'image qui illustre cet article a été acquise le 25 juin par le satellite Spot 4. Elle montre la naissance d'un nouveau cratère dans l'ensemble volcanique de Puyehue-Cordon-Caulle, à 800 kilomètres au sud de Santiago du Chili. Quant aux retombées volcaniques elles ont d'ores et déjà provoqué des dégâts considérables dans les régions environnantes du volcan, agricoles et touristiques. Le trafic aérien au-dessus du site doit également composer avec ce volcan.

Peut-il y avoir un risque pour les installations astronomiques ?

Ouf de soulagement, l'activité de Puyehue ne devrait pas perturber les installations astronomiques qui sont nombreuses au Chili. Le désert d'Atacama chilien est en effet un des sites les plus propices au monde pour l'observation du ciel. C'est là que sont installés de nombreux instruments d'importance. Parmi les télescopes les plus connus installés dans ce désert, on citera les quatre télescopes de 8,2 mètres du VLT, le 3,6 mètres de la Silla, le New Technology Telescope, le Gemini South (8,1 m) ou encore Soar, un télescope de 4,1 mètres opéré par l'Université du Michigan.

Contactée, une des astronomes de l'ESO a tenu à nous rassurer. Situé à plus de 2.000 kilomètres, l'éruption de ce volcan ne « nous pose pas de problème ». En revanche, « nous surveillons un autre volcan qui se situe au sud du Salar d'Atacama et qui présente un risque pour le VLT et Alma ». Il s'agit du volcan explosif Lascar qui émet régulièrement des panaches de fumée et qui peut « potentiellement engendrer une grosse explosion » avec un risque que les installations au sol soient touchées par les retombées.

Cela vous intéressera aussi