Une nouvelle étude révèle que la vague de tsunami générée lors de l’explosion du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai, en janvier dernier, devait initialement mesurer 90 mètres de haut !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : les secrets de la création des tsunamis Les tsunamis font partie des catastrophes naturelles les plus destructrices. Ces vagues pouvant atteindre une trentaine de mètres de hauteur viennent frapper les côtes avec une force que rien n’arrête. Unisciel et l’Université de Lille 1 nous dévoilent, avec le programme Kézako, les secrets de la création de ce phénomène.

En janvier dernier, le volcan sous-marin du Hunga Tonga-Hunga Ha’apai explosait violemment dans l'océan Pacifique, provoquant un tsunami qui s'est propagé rapidement dans tous les océans du globe. Considéré comme l'une des plus violentes éruptions du siècle, cet événement est surtout remarquable par la quantité d'informations scientifiques recueillies. L'analyse des données a ainsi permis d'étudier en détail le mécanisme à l'origine de ce puissant tsunami et ses caractéristiques.

Il est ainsi apparu que la vague s'est propagée à une vitessevitesse record grâce aux ondes de gravité acoustiques générées par l’explosion. Un phénomène de résonancerésonance aurait permis d'amplifier le tsunami et de faire voyager la vague dévastatrice à une vitesse bien supérieure aux tsunamis classiques produits lors d'effondrementseffondrements de flancs de volcans ou de tremblements de terretremblements de terre.

Une vague initialement haute de 90 mètres

Mais la particularité de ce tsunami ne s'arrête pas là. D'après une étude récente, la vague aurait initialement atteint une hauteur de 90 mètres, soit environ neuf fois la hauteur du tsunami ayant frappé les côtes du Japon en 2011 et ayant produit la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima. Ce dernier tsunami a été, quant à lui, causé par un très puissant tremblement de terre survenu le long des côtes japonaises. Rappelons que cet événement fait partie des plus importants tsunamis des dernières décennies, avec celui ayant frappé le Chili en 1960. Leur hauteur initiale a cependant été estimée à une dizaine de mètres environ - des vagues naines en comparaison de celle générée lors de l'éruption du Hunga Tonga-Hunga Ha'apai.

Schéma illustrant la génération du tsunami lors de l'explosion du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai en janvier 2022. L = 12 mètres, a<sub>m</sub> = 90 mètres. © Heidarzadeh et al. 2022, <em>OceanEngineering</em>, CC By 4.0
Schéma illustrant la génération du tsunami lors de l'explosion du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai en janvier 2022. L = 12 mètres, am = 90 mètres. © Heidarzadeh et al. 2022, OceanEngineering, CC By 4.0

Les tsunamis de 2011 et 1960 ont pourtant été bien plus dévastateurs et meurtriers. Plus de 18.000 morts suite au tsunami de 2011, alors que le tsunami du Hunga Tonga n'a fort heureusement causé la disparition que de quelques personnes. Pour expliquer cette différence, il faut prendre en compte plusieurs paramètres, qui vont influencer la hauteur de la vague à son arrivée sur les côtes. Il y a bien sûr la distance entre la source du tsunami et les terres, la morphologiemorphologie du fond et du littoral, mais également d'autres facteurs, comme la fusionfusion de plusieurs vagues (ce qui semble avoir été le cas en 2011). À l'approche des côtes, une vague de tsunami peut ainsi être soit atténuée, soit amplifiée.

Le volcan Hunga Tonga est fort heureusement situé à environ 70 kilomères des îles Tonga. C'est certainement ce qui a permis d'éviter une terrible catastrophe. La hauteur maximale mesurée sur les côtes a été d'un peu moins d'1,50 mètre. Suffisant, pourtant, pour causer d'importants dégâts.

Images montrant les dégâts causés par l'arrivée du tsunami sur la côte de Nuku'alofa, Tonga. © Heidarzadeh et al. 2022, <em>OceanEngineering</em>, CC By 4.0
Images montrant les dégâts causés par l'arrivée du tsunami sur la côte de Nuku'alofa, Tonga. © Heidarzadeh et al. 2022, OceanEngineering, CC By 4.0

Risque de tsunami : les volcans sous-marins aussi doivent être surveillés

Les scientifiques tirent cependant la sonnettesonnette d'alarme. Car si les zones sismiques historiquement génératrices de tsunami sont désormais sous étroite surveillance, avec notamment le développement de systèmes d'alarme de plus en plus précoces, les volcans sous-marins sont, eux, bien moins monitorés. Et ce récent événement nous rappelle qu'ils représentent une menace tout aussi sérieuse, voire plus, que les grands tremblements de terre. Si le Hunga Tonga avait été situé à proximité des côtes, comme c'est le cas pour de nombreux volcans sous-marins en activité, la situation aurait pu être extrêmement dramatique.

Les résultats, publiés dans la revue Ocean Engineering, montrent l'importance et l'urgence de développer des systèmes d'alerte au tsunami efficaces, permettant de faire évacuer le plus rapidement possible les habitants des côtes susceptibles d'être ravagées par des vagues hautes de plusieurs dizaines de mètres. En parallèle, la surveillance de l’activité volcanique des volcans sous-marins les plus dangereux doit être renforcée, voire à mettre en place.