Un tsunami probable en Méditerranée d'ici 30 ans. © Pixabay, Schäferle
Planète

Il est quasiment certain qu'un tsunami se produira en Méditerranée d'ici 30 ans, selon l'Unesco

ActualitéClassé sous :tsunami , tsunami , Catastrophe météo

[EN VIDÉO] Kézako : les secrets de la création des tsunamis  Les tsunamis font partie des catastrophes naturelles les plus destructrices. Ces vagues pouvant atteindre une trentaine de mètres de hauteur viennent frapper les côtes avec une force que rien n’arrête. Unisciel et l’Université de Lille 1 nous dévoilent, avec le programme Kézako, les secrets de la création de ce phénomène. 

Le risque qu'un tsunami touche les côtes méditerranéennes est jugé très élevé selon l'Unesco dans un communiqué du 22 juin. L'organisme étend en conséquence son programme de préparation aux tsunamis jusqu'en Méditerranée.

Lorsque l'on évoque les tsunamis, notre esprit se remémore immédiatement les images dramatiques de la catastrophe de décembre 2004 qui a fait plus de 200.000 morts autour de l'océan Indien. Cependant, des tsunamis peuvent se produire sur toutes les côtes du monde, y compris en France.  La Conférence des Nations unies sur les océans se tient cette semaine à Lisbonne, au Portugal, et l'une des grandes annonces est le déploiement mondial du programme Tsunami Ready (Préparation aux tsunamis).

Ce programme se traduit par la formation d'ici 2030 de l'ensemble des populations côtières susceptibles d'être menacées par cette catastrophe naturelle. Comme le précise l'Unesco, « donner l'alerte ne suffit pas : pour sauver des vies, il faut aussi que les populations sachent quels sont les gestes à adopter pour se protéger ».

80 tsunamis se sont déjà produits en France

Il se produit en moyenne 7 tsunamis par an. Selon la base de données du BRGM, 80 tsunamis se sont produits entre 1564 et 2011 (fin de l'étude) sur la France métropolitaine et territoires d'outre-mer : 29 en Méditerranée, 6 dans l'océan Atlantique, 13 en Manche et mer du Nord, 13 dans la mer des Caraïbes, 5 dans l'océan Indien, et 14 dans l'océan Pacifique. Les côtes méditerranéennes et antillaises sont donc particulièrement exposées au risque de tsunami.

La localisation des tsunamis en France. © BRGM

Sur ces 80 tsunamis répertoriés, la plupart sont d'origine sismique (35) et volcanique (7). Des zones comme la Nouvelle-Calédonie et Tahiti sont très vulnérables en raison de l'activité sismique de l'océan Pacifique.

L'origine des tsunamis en France. © BRGM

Mais le bassin méditerranéen est également une zone à risque en raison de séismes sous-marins entre l'Afrique du Nord, l'Italie et la Corse. Ce type de séismes a le potentiel pour générer un tsunami sur les côtes du sud-est de la France, en particulier sur la Corse et la Côte d'Azur. Selon l'Unesco, « les statistiques montrent que la probabilité d'une vague de tsunami de plus de 1 mètre en Méditerranée dans les 30 prochaines années est proche de 100 % ».

Les zones déjà touchées dans le passé seront à nouveau frappées

Déjà expérimenté auprès de 40 communautés dans 21 pays, dans les régions des Caraïbes, du Pacifique et de l'océan Indien, le programme Tsunami ready va être étendu à l'échelle mondiale, aux milliers d'autres communautés côtières vulnérables. En Méditerranée, les îles grecques de Kos et Samos, mais aussi Alexandrie en Égypte, ont déjà commencé à appliquer le programme. L'activité du volcan Stromboli inquiète particulièrement : ce volcan très actif des îles éoliennes au nord de la Sicile, a tout à fait la capacité de déclencher un tsunami sur le sud de l'Italie et au-delà.

L'activité du volcan Stromboli pourrait facilement déclencher un tsunami. @ mariocalabresi, AFP

« Le principe général est que là où il y a eu un tsunami, il y aura un tsunami », selon Bernardo Aliaga, expert océan pour l'Unesco. En août 2004, la baie de Marseille a été touchée par un faible tsunami d'intensité 2 sur 6 sur l'échelle de Sieberg, de même que la côte du Var en juin 1909, mais la côte méditerranéenne française a encore été concernée en juillet 1899, en septembre 1860, en 1843, et en 1817, entre autres.

Pour être prête face à un risque de tsunami, une ville doit avoir élaboré un plan de réduction des risques de tsunami, cartographié les zones à risque, sensibilisé et éduqué le public, mais aussi créé des cartes d'évacuation et des affichages publics.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !