Plus d'un cinquième des espèces animales et végétales pourrait disparaître durant le siècle à venir en raison de la déforestation en cours en Asie du Sud-Est.
Cela vous intéressera aussi

Ce pronosticpronostic négatif appelle des mesures de protection fortes, déclare Barry Brook, de la Northern Territory University (DarwinDarwin, Australie), qui a dirigé une étude sur le sujet. Les forêts tropicalesforêts tropicales humides contiennent une immense et précieuse variété d'animaux et de plantes. L'urbanisation et la déforestationdéforestation, homogénéisant les écosystèmesécosystèmes, n'autorisent la survie que d'une fraction seulement des espècesespèces.

Brook et ses collègues font remarquer que depuis la colonisation britannique de Singapour, en 1819, les habitats terrestres et d'eau douceeau douce ont rétréci de plus de 95 %, ceci s'étant accompagné d'une extinctionextinction de plus de 87 % des mammifèresmammifères, des oiseaux, des poissonspoissons et des papillons. La chasse a fait disparaître certains des plus grands animaux. Un pays aussi petit et fortement urbanisé représente certes probablement un cas extrême de perte d'habitats. Mais ses voisins moins développés risquent fort d'infliger des dommages similaires à leurs propres forêts. La Malaisie a ainsi d'ores et déjà perdu 60 % de ses forêts.

Cette étude montre en tout état de cause que la biodiversitébiodiversité est plus sensible que prévu aux atteintes portées à l'habitat, précise Andrew Balmford, spécialiste des stratégies de conservation à l'Université de Cambridge (Royaume-Uni). Il est nécessaire de s'intéresser à toutes les régions soumises à une déforestation rapide, ajoute-t-il.