Au niveau mondial, le déclin de la nature coûterait près de 500 milliards de dollars par an d'ici 2050. © vasilygureev, Adobe Stock

Planète

Le déclin de la nature est chiffré à 500 milliards de dollars par an par le WWF

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , Biodiversité , disparition des espèces

La France se classerait au dixième rang des pays les plus impactés par les conséquences économiques du déclin de la nature. C'est ce qu'indique un rapport publié aujourd'hui et effectué dans 140 pays par le WWF, en partenariat avec le Global Trade Analysis Project de l'université de Purdue et le Natural Capital Project de l'université du Minnesota.

Selon le rapport « Global Futures », si rien n'est fait pour enrayer la disparition de la nature, cela coûtera au moins 479 milliards de dollars par an au niveau mondial, soit près de dix mille milliards de dollars d'ici 2050, l'équivalent des économies du Royaume-Uni, de la France, de l'Inde et du Brésil cumulées.

Parmi les pays les plus impactés en valeur absolue du PIB, les États-Unis figurent à la première place, avec une perte de 83 milliards de dollars par an d'ici 2050, un montant équivalent à la totalité du PIB annuel du Guatemala. Suivent le Japon et le Royaume-Uni avec respectivement des pertes de 80 et 21 milliards de dollars par an. Les causes principales de cette perte de PIB dans les trois pays sont l'augmentation des inondations, l'érosion côtière et la perte de défenses naturelles telles que les coraux et mangroves, avec des dommages conséquents aux infrastructures côtières et aux terres agricoles

Les inondations après l'ouragan Katrina aux États-Unis. © UNSW

Quels seraient les pays les plus touchés par le déclin de la nature ? 

La France, quant à elle, figure à la 10e place parmi les pays les plus impactés, à hauteur de 8,4 milliards de dollars chaque année d'ici 2050, soit 173 milliards de dollars d'ici 2050, environ l'équivalent du PIB de la Slovaquie. Ces pertes économiques sont principalement dues à l'érosion des côtes (plus de 5 milliards de dollars) et à la diminution de la production halieutique (plus de 2 milliards de dollars) ainsi que, dans une moindre mesure, à la limitation du stockage du carbone, de la pollinisation, et des apports en eau.

Les pays en développement seront également très touchés, l'Afrique de l'Est et de l'Ouest, l'Asie centrale et certaines parties de l'Amérique du Sud en particulier, car la perte de nature aurait des répercussions sur les niveaux de production, le commerce et les prix des denrées alimentaires. Selon le rapport, les pays qui devraient perdre le plus, en pourcentage de leur PIB, seraient Madagascar, le Togo et le Vietnam, avec des baisses respectives de 4,2 %, 3,4 % et 2,8 % par an d'ici 2050.

Il est encore possible d'inverser la tendance

L'étude démontre toutefois que, si nous agissons dès maintenant au niveau mondial pour réduire notre empreinte écologique et notre impact sur la nature, il est encore possible d'inverser la tendance. Si nous parvenons à mieux gérer l'utilisation des terres pour éviter de nouvelles pertes de zones importantes pour la biodiversité et les services écosystémiques, comme le démontre le rapport dans le scénario « Global Conservation », les résultats économiques seraient ainsi nettement meilleurs, avec une augmentation du PIB mondial de 490 milliards de dollars chaque année par rapport au calcul du scénario du statu quo.

L’année 2020 est une échéance cruciale à ne pas rater

« Ce rapport nous prouve une fois de plus que ne pouvons pas envisager une société stable et juste si les forêts disparaissent, les pollinisateurs s'évanouissent, la biodiversité s'effondre et l'océan s'épuise. Mais il est encore possible d'inverser la tendance et réduire notre impact sur la nature, et l'année 2020 est une échéance cruciale à ne pas rater, avec le Congrès mondial de l'UICN à Marseille et la conférence mondiale pour la biodiversité en Chine. Le WWF appelle les États, les acteurs économiques, financiers et locaux à prendre des engagements pour la protection de la nature pour parvenir à un accord global ambitieux, s'exprime Arnaud Gauffier, directeur des programmes du WWF France.

Et de poursuivre : « Dans ce contexte, la France se doit de montrer la voie, en portant au plus haut l'ambition internationale et en faisant preuve d'exemplarité à domicile, notamment dans la lutte contre la déforestation importée, l'effort de réduction des émissions de GES, qui ne doit pas être remis à plus tard comme c'est pourtant le cas dans la nouvelle SNBC, ou encore la réduction des pesticides entraînant la disparition des pollinisateurs comme prévu par le plan Ecophyto, » conclut-il.

  • Le secteur agricole sera le plus durement touché par le déclin de la nature, avec les pénuries d'eau ou le déclin des abeilles et autres insectes pollinisateurs.
  • Ce qui aura pour conséquence d'entraîner à terme une hausse des prix des denrées alimentaires pour les consommateurs du monde entier, avec des implications pour la sécurité alimentaire dans de nombreuses régions.
  • L'étude a également estimé la hausse des prix mondiaux des principales matières premières d’ici 2050 : +8 % pour le bois ; +6 % pour le coton ; +4 % pour les graines oléagineuses ; +3 % pour les fruits et légumes.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !