Pendant le confinement imposé par la crise du coronavirus, la demande européenne en électricité a baissé et avec elle, plus encore, les émissions de de CO2 du secteur. © Tom Bayer, Adobe Stock
Planète

Avec le confinement, les émissions de CO2 du secteur de l'électricité ont chuté en Europe

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , émissions de CO2 , Confinement

En Estonie, en Roumanie, en Grèce et même en Allemagne, la production d'électricité à partir de charbon s'est effondrée. En Grande-Bretagne, les centrales à charbon ont été à l'arrêt pendant plus de 18 jours. Résultat, avec le confinement imposé par la crise du coronavirus, les émissions de CO2 dues à la production d'électricité en Europe ont chuté de près de 40 %.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP25 : la concentration de CO2 dans l’atmosphère sur 15 ans  Grâce à des données collectées sur Terre et depuis l’espace, la Nasa a compilé l’augmentation de la concentration de dioxyde de carbone et sa distribution mondiale pendant quinze ans. À la fin des mesures en 2015, le maximum atteignait 402 ppm ; aujourd’hui, nous en sommes à 418 ppm. 

Pour ralentir la propagation du coronavirus SARS-CoV-2, les gouvernements de nombreux pays ont opté pour le confinement de leur population. Depuis plusieurs semaines, la vie et l'économie tournent au ralenti. Résultat : l'Agence internationale de l’énergie (AIE) vient d'annoncer que la consommation mondiale d'énergie devrait chuter de 6 % cette année. C'est sept fois plus qu'au moment de la crise économique de 2008. Et l'équivalent de la consommation annuelle de l'Inde qui devrait être économisée. Du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale.

En Europe, la demande en électricité en baisse de 14 %

« En Europe, la demande en électricité, depuis le début de cette crise sanitaire et depuis le début du confinement, a chuté de 14 % », analyse Dave Jones, un expert de la question, pour Carbon Brief. Une baisse de la demande qui a fortement impacté les productions fossiles. Avec pour effet de réduire les émissions de CO2 du secteur de l'électricité en Europe.

Entre le 28 mars et le 26 avril 2020, ces émissions de CO2 se sont avérées inférieures de 39 % à celles des mêmes 30 jours de l'année dernière. De quoi passer d'environ 78 à 48 millions de tonnes (Mt) de CO2 émises sur un mois. Rappelons qu'en 2019, les émissions de CO2 du secteur de l'électricité s'élevaient à 844 Mt de CO2 pour la zone Europe des 27 plus Royaume-Uni.

L’Europe se passe de charbon

La production d'électricité à partir de gaz a diminué de 30 %. Celle à partir de charbon a chuté de 40 %. Une question de prix notamment. Ainsi plusieurs pays d'Europe ont fonctionné sur de longues périodes sans brûler de charbon. La Grande-Bretagne a même établi un nouveau record en la matière. Plus de 18 jours sans que les centrales soient lancées. Alors que le Portugal produit de l'électricité sans charbon depuis un mois.

Dans le même temps, les productions solaires et éoliennes ont atteint une part record de 23 % de la production d'électricité européenne. C'est cinq points de plus que l'année dernière à la même période. Cette production renouvelable a même atteint les 65 % au Danemark -- contre 57 % à la même époque l'année dernière. L'effet aussi d'un mois d'avril particulièrement ensoleillé.

Une situation inédite qui a mis en lumière un certain manque de flexibilité des réseaux électriques européens. Avec des centrales fossiles qui se sont avérées dans l'incapacité de s'arrêter, malgré des prix sur le marché négatifs -- en raison d'une demande inférieure à l'offre. Mais une situation qui a aussi montré que ces mêmes réseaux pouvaient d'ores et déjà fonctionner de manière fiable lorsque ce type d'énergies renouvelables intermittentes répondent à une part non négligeable de la demande. Une part que les responsables n'avaient pas prévu d'atteindre avant 2025.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !