Planète

En bref : un requin géant du Crétacé dépassait les six mètres

ActualitéClassé sous :paléontologie , requin blanc , requin fossile

Des vertèbres découvertes au Texas ont révélé une espèce cousine du requin blanc qui hantait les mers du Crétacé inférieur à une époque où le lent réchauffement du climat a sans doute indirectement fait croître la taille des plus grands sélaciens. Ce requin, baptisé OMNH 68860, n'était d'ailleurs pas le plus impressionnant puisqu'il nageait notamment avec des plésiosaures et autres mosasaures. Entre eux, les combats n'étaient pas rares.

Les deux requins géants trouvés au Kansas dans les formations Duck Creek et Kiowa Shale. KUVP 16343 et OMNH 68860, connus par des vertèbres, sont représentés avec la forme de Leptostyrax macrorhiza, ce qui n'est qu'une hypothèse. Leur taille est la borne inférieure de l'estimation. Cretalamna appendiculata, une espèce éteinte, vivait également au Crétacé. © Joseph A. Frederickson et al., PLos One

Les trois vertèbres de 11 cm de diamètre et 34 mm d'épaisseur exhumées au Texas, dans le comté de Tarrant, ont appartenu à un requin de très grande taille de l'ordre des lamniformes, c'est-à-dire celui de l'actuel requin blanc. Provisoirement baptisé OMNH 68860, pour Oklahoma Museum of Natural History, il n'a pas encore de famille ni de genre, ni de nom d'espèce. L'équipe qui le décrit dans la revue Plos One lui accorde une longueur minimale entre 6,30 et 6,90 m. Sa taille est donc comparable à celle du grand requin blanc actuel,  Carcharodon carcharias et ses 6,40 m. Les auteurs soulignent que ce n'était pas le plus grand sélacien de son époque, le Crétacé inférieur, qui s'étend de moins 145 à moins 100 millions d'années.

Trouvé au Kansas, le dénommé KUVP 16343 (pour Kansas University Vertebrate Paleontology) devait quant à lui mesurer entre 8,30 et 9,80 m. Pourtant, selon les auteurs, il est possible que les deux appartiennent à la même espèce, Leptostyrax macrorhiza. Ces estimations de taille doivent toutefois être considérées avec du recul car elles reposent sur des formules empiriques qui peuvent varier d'un auteur à l'autre. Par ailleurs, les squelettes des requins, qui sont des poissons cartilagineux, ne sont pas constitués d'os et se fossilisent mal. Les chercheurs trouvent surtout des dents et des vertèbres isolées et doivent procéder par analogie pour retrouver la forme générale de l'animal. Le géant de cette famille, le mégalodon (Carcharodon megalodon ou Carcharocles megalodon selon les deux hypothèses des taxonomistes), qui a vécu bien plus récemment, se voit ainsi attribuer une taille maximale entre 9,20 et 16 m sans que l'on pense pouvoir la préciser davantage.

Selon les auteurs de l'article, cette découverte apporte un nouvel éclairage sur les océans du Crétacé. L'évolution du climat a réchauffé les eaux, notamment aux latitudes moyennes et contribué à induire des écosystèmes riches, avec des animaux de grandes tailles. Ces grands requins de l'ordre des lamniformes occupaient alors, comme aujourd'hui, le sommet de la chaîne alimentaire au large et dans les eaux côtières. Seuls les pliosaures étaient nettement plus grands. On trouve cependant des dents de requins de fortes tailles fichées dans les os de dinosaures, de plésiosaures, de tortues et de poissons osseux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi