Les couples d'albatros se forment pour plusieurs années mais peuvent divorcer si leur succès reproducteur est faible. © JeremyRichards, Adobe Stock
Planète

Le changement climatique entraîne des divorces à la chaîne chez les albatros

ActualitéClassé sous :oiseaux , changement climatique , Biodiversité

Les albatros sont monogames mais le divorce se produit lorsqu'un couple peine à avoir ou à élever des petits. Une étude montre que la variabilité climatique pousse également les femelles à divorcer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : les oiseaux sont-ils les derniers descendants des dinosaures ?  Avec les multiples découvertes de dinosaures à plumes en Chine, se pose la question du lien avec les oiseaux. Ces derniers pourraient-ils être les descendants de ces créatures disparues ? Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, afin d’en savoir plus sur la question. 

Les albatros à sourcils noirs Thalassarche melanophris sont des oiseaux marins monogames, chez lesquels les couples se forment en général pour la vie. Cependant, outre la perte de l'un des partenaires à cause de la prédation par exemple, les couples peuvent être remaniés si leur capacité à avoir et à élever des petits est faible. Puisque la compétition intrasexuelle est très forte, les couples qui se forment ne sont en effet pas toujours optimaux et un divorce permet, après un échec parental, de tenter d'améliorer le succès reproducteur de l'un ou des deux partenaires.

Le taux de divorce chez les albatros à sourcils noirs dépend avant tout de la capacité des couples à élever leurs petits. © Darrell Gulin, Danita Delimont, Adobe Stock

Les taux de divorce chez les espèces longévives d'oiseaux marins sont assez faibles car il est avantageux pour celles-ci de conserver longtemps un partenaire pour mettre en place une coordination robuste ; les probabilités qu'un partenaire meure rapidement, et donc d'attendre son retour en vain sont faibles et il est coûteux énergétiquement de se lancer souvent à la recherche d'un nouveau partenaire.

La température de l'eau influence l'accès à la nourriture

Le taux de divorce chez une population de T. melanophris des Îles Falkland est pourtant aussi lié à la variabilité climatique. Une étude parue dans les Proceedings of the Royal Society B rapporte en effet qu'entre 2004 et 2019, le taux de divorce de cette population a augmenté au cours des années pendant lesquelles les températures de surface de l'océan étaient les plus chaudes. De telles températures induisent en effet une plus faible productivité primaire et secondaire et réduisent donc l'accès à la nourriture pour les albatros. Les auteurs indiquent par ailleurs que la décision de divorcer est prise par les femelles qui ont, par la suite, plus de chances de se reproduire avec un nouveau partenaire et de réussir un élevage qu'avec les mâles qu'elles ont quittés. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !