Le 26 mars 2012 : Alan Le Tressoler (à gauche) et Julien Cabon devant l'université de Longyearbyen, au Spitzberg. Ils viennent de recevoir leurs traîneaux de 2,20 mètres qui serviront à leur expédition au pôle Nord. Commentaire d'Alan Le Tressoler : « On prépare les traîneaux... Pour des luges ça paraît grand, mais pour un déménagement au pôle Nord, y'a rien de trop ! ». © Pôle Nord 2012

Planète

Pôle Nord 2012 : témoignage en direct du Spitzberg

ActualitéClassé sous :océanographie , pôle , pôle nord

Alan Le Tressoler et Julien Cabon, les deux explorateurs de l'expédition Pôle Nord 2012, sont arrivés au Spitzberg et se préparent à partir vers le pôle Nord géographique (peut-être dans 48 heures) où ils resteront et effectueront des analyses quotidiennes, ce qui n'a jamais été fait. En liaison régulière avec Futura-Sciences, ils nous racontent eux-mêmes leurs préparatifs. Ne ratez pas leur témoignage, frais du jour !

Bien arrivés au Spitzberg à Longyearbyen (2.000 habitants), la « ville » habitée la plus septentrionale du monde, après Ny-Ålesund, la base scientifique située à une centaine de kilomètres plus au nord de l'île.

Nous sommes à 78° 13' de latitude nord, à 1.300 km du pôle Nord. La température aujourd'hui est de -14 °C et il fait un temps magnifique. L'isfjord (fiord gelé en norvégien) bordant la ville est libre de glaces, un fait exceptionnel en cette période. D'après les habitants, le Spitzberg a connu cette année un des hivers les plus doux de son histoire avec même des pluies régulières...

Le matériel de l'expédition est arrivé intact et au complet. C'était une de nos principales craintes. Les sondes de mesure océanologiques et le matériel électronique sont particulièrement fragiles et coûteux : plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Nous avons aussi réceptionné nos grands traîneaux de 2,20 mètres qui devront contenir tout notre équipement pour vivre en autonomie sur la banquise et réaliser nos mesures durant 3 semaines.

Prélèvement de glace de la banquise lors de la préparation au Groenland en avril 2011. Ces échantillons seront analysés au laboratoire de microbiologie au laboratoire Ampère (CNRS). © Raphaël Demaret

Nous sommes hébergés à l'Unis, l'université du Spitzberg, spécialisée dans les recherches arctiques, et pour qui nous allons également effectuer des mesures au pôle Nord.

Elin Austerheim, biologiste et coordinatrice scientifique de la mission, nous a rejoints hier. Il nous reste à paramétrer sur place une partie des instruments de mesure, les tester et valider les protocoles aves les équipes scientifiques.

L'équipe logistique qui va nous déposer au pôle Nord doit arriver au Spitzberg d'ici les prochaines heures. Demain matin, invités par l'université, nous participerons à l'animation d'un stage de survie polaire.

Cela vous intéressera aussi