La dune du Pilat, plus haute dune d'Europe. © Parrad.adrien, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0
Planète

L’Exploratorium : comment s’est formée la dune du Pilat ?

ActualitéClassé sous :Environnement , océan , bassin d'Arcachon

Site emblématique du bassin d'Arcachon, la dune du Pilat est le résultat d'interactions entre plusieurs phénomènes naturels.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'oyat, la graminée qui stabilise des dunes du littoral  Implantée jadis sur le littoral dans les Landes et dans le département du Nord dans le but de stabiliser les dunes, l'oyat est une graminée adaptée à la sécheresse. L'enroulement de ses feuilles, garnies de petits poils, réduit l'évaporation, donc la perte d'eau. Ses rhizomes la maintiennent très bien dans un sol meuble et constituent également des réserves pour la plante. © MNHN 

Plus de 106 mètres de haut et 616 mètres de large : voilà les dimensions de la plus haute dune d’Europe ! De quoi donner le vertige et l'impression de se trouver en plein désert, si l'on arrive néanmoins à faire abstraction de la dense végétation en contrebas. La dune du Pilat est ainsi l'une des curiosités naturelles les plus emblématiques de France. Située au niveau de la sortie du bassin d'Arcachon, cette impressionnante accumulation de sable fin borde la côte atlantique sur près de trois kilomètres de long. Classé parmi les Grands sites de France et prisée des touristes, la dune du Pilat est un site sans cesse en évolution, qui a une longue histoire derrière elle.

Elle ne s'est en effet pas construite en un jour, ni même en quelques mois. Sa formation remonterait à plus de 6.000 ans, comme en témoignent certaines roches qui la composent.

La dune du Pilat vue du ciel. © Larrousiney, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Une dune en évolution depuis 6.000 ans

Car à bien y regarder, on se rend compte que cette dune n'est pas uniquement composée de sable. La face donnant sur l'océan est en effet marquée par la présence de couches sombres en alternance avec les niveaux de sable. Ce sont des paléosols, qui représentent les restes fossiles d'anciens sols. En plus de pouvoir être datés, ces niveaux sont extrêmement riches en informations qui renseignent sur les conditions environnementales de l'époque de leur formation. Ils peuvent ainsi contenir des restes de coquilles, des vestiges archéologiques mais également des bioturbations, qui sont des marques laissées par de petits organismes comme certains vers et coquillages et qui permettent de mieux contraindre le paléoenvironnement.

Quatre paléosols sont ainsi visibles dans la dune du Pilat et renseignent sur sa formation. Le premier a été daté à 3.800 ans avant J.-C. Le second date d'environ 2.980 ans avant J.-C., le troisième a été daté du XIe au XIIIe siècle grâce à la découverte de nombreux débris archéologiques (fragments de poteries, amas de coquilles...). Le dernier paléosol correspond au sommet de la dune de la Grave et se situe à une altitude de 20 à 70 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette petite dune est aujourd'hui recouverte de végétation. Cette dernière formation est en quelque sorte l'ancêtre de la dune du Pilat.

Schéma en coupe de la dune du Pilat et présence des différents paléosols. © SanchoPanzaXXI, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5

En 1883, c'est bien la dune de la Grave qui est cartographiée, avec une mention en 1887, par un certain M. Clavel, de la « formation d'une nouvelle dune qui engloutit sous le sable des forêts de pins hauts de 15 mètres ». La dune du Pilat est alors en train de prendre de la hauteur.

Dérive littorale, géométrie du bassin d’Arcachon et vents : les ingrédients pour la dune du Pilat

L'origine de la dune du Pilat est à rechercher sous les eaux. En effet, la dune est principalement liée aux courants marins qui transportent du sable le long du littoral atlantique. On parle de dérive nord-sud. Ce phénomène très puissant déplace en effet d’importantes quantités de sédiments marins, dont du sable, le long des côtes atlantiques françaises. Il est lié à la prédominance de vents provenant du nord-ouest dans cette région, qui vont créer une houle impactant le littoral avec une direction sud-est. Il en résulte un courant parallèle à la côte, la dérive littorale, se déplaçant vers le sud. Ce courant est notamment responsable de la formation du banc d'Arguin, vaste accumulation de sable qui fait actuellement face à la dune du Pilat et représente son réservoir de sable.

Géométrie du bassin d'Arcachon, qui a permis le dépôt de sable du banc d'Arguin et la formation de la dune du Pilat. © Pline, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Le banc d'Arguin doit cependant son existence à la morphologie particulière du bassin d’Arcachon. En effet, sans la présence de cette importante lagune, qui interrompt le cordon littoral, le sable aurait continué sa migration vers le sud. La vidange régulière du bassin et son remplissage à chaque marée perturbent la dérive littorale et l'empêchent d'emporter le sable plus au sud. Celui-ci va alors se déposer et s'accumuler au fil des millénaires à la sortie du bassin.

C'est ensuite au vent de faire son travail. Les alternances des saisons et les vents qui y sont associés ont au fur et à mesure transporté les petits grains de sable sur la côte située juste en face du banc d'Arguin, formant différentes dunes successives, jusqu'à l'obtention de la magnifique dune du Pilat.

La dune du Pilat se visite librement. Il ne faut cependant pas oublier qu'il s'agit d'un espace naturel classé et protégé, qu'il convient de respecter.


Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !