Dans la nature, les dunes sont en mouvement permanent. Et des physiciens de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) proposent aujourd’hui un nouveau modèle pour prévoir ces déplacements. Ils ont observé que les dunes « communiquent » entre elles. © Guy Bryant, Adobe Stock
Sciences

Les dunes peuvent « communiquer » entre elles

ActualitéClassé sous :Physique , dune de sable , migration

Les chercheurs ont observé le mouvement de dunes au cœur d'un simulateur unique en son genre. Et surprise : les dunes semblent « communiquer » entre elles. Une information qui pourrait aider à limiter les dégâts causés par les déplacements des dunes au fil du temps sur nos côtes et sur nos villes.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'oyat, la graminée qui stabilise des dunes du littoral  Implantée jadis sur le littoral dans les Landes et dans le département du Nord dans le but de stabiliser les dunes, l'oyat est une graminée adaptée à la sécheresse. L'enroulement de ses feuilles, garnies de petits poils, réduit l'évaporation, donc la perte d'eau. Ses rhizomes la maintiennent très bien dans un sol meuble et constituent également des réserves pour la plante. © MNHN 

Les dunes ne sont pas des créatures vivantes. Mais elles apparaissent rarement seules. Plutôt en champs de dunes. Et, exposées au vent et aux intempéries, elles se déplacent. D'autant plus vite qu'elles sont petites. Perturbant ainsi les canaux de navigation, impactant la désertification et menaçant parfois d'ensevelir des infrastructures.

Plusieurs théories ont tenté d'expliquer et de tracer ce phénomène de migration. Sans réel succès. Jusqu'à ce que des physiciens de l'université de Cambridge (Royaume-Uni) observent récemment le comportement de dunes dans un simulateur spécialement conçu. Ils ont découvert que les dunes interagissent et se repoussent les unes les autres. Qu'elles communiquent entre elles, d'une certaine façon.

Pour pouvoir observer le comportement des dunes sur le long terme, les chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) ont construit un simulateur circulaire équipé de systèmes de prise de vue à haute vitesse leur permettant de suivre le flux des particules individuelles. © Université de Cambridge, YouTube

Des dunes qui se repoussent

La découverte s'est un peu faite par hasard. « À l'origine, j'ai placé plusieurs dunes dans le simulateur simplement pour accélérer la récolte de données », confie Karol Bacik, chercheur, dans un communiqué de l’université de Cambridge. Au départ, très logiquement, deux dunes de même volume et de même forme, donc. Les physiciens s'attendaient naturellement à les voir se déplacer à la même vitesse. Mais surprise : la dune la première exposée à l'écoulement de l’eau s'est d'abord déplacée plus rapidement, puis les vitesses de migration des deux dunes se sont équilibrées.

La conséquence, selon les chercheurs, d'un schéma d'écoulement inattendu. Le flux s'avère en effet dévié par la première dune. Un phénomène qui génère des turbulences sur la seconde et la repousse. Au fur et à mesure de l'expérience, les dunes se sont donc éloignées l'une de l'autre jusqu'à atteindre un point d'équilibre à quelque 180° d'écart.

Les chercheurs comptent désormais étudier le déplacement des dunes dans les déserts à l'aide d'observations et d'images satellites afin d'y retrouver ce type de migration. Et imaginer des mesures plus efficaces de détournement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !