Planète

Bons voeux de Russie où le réchauffement climatique sévit

ActualitéClassé sous :climatologie , odyssée sibérienne , Nicolas Vanier

-

A tous, une très Bonne Année dans la Paix et la Sérénité. Et je souhaiterais que cette nouvelle année repose sur une bonne résolution : l'ENGAGEMENT. Depuis que je suis parti du lac Baïkal, le 2 décembre dernier, je peine dans ma course, avec mes chiens, à cause des conditions climatiques.

  • Voir la galerie de photos : Nicolas Vanier L'Odyssée Sibérienne 

    J'ai vraiment constaté ces désordres : écarts de température incroyables en cette saison provoquant un manque d'enneigement, un gel et un dégel des couches générant le pack sur les fleuves, la végétation prise dans la glace empêchant les rennes de se nourrir, etc... Il faut donner plus de sens au principe de solidarité défini par le développement durable. Constater est une chose, agir en est une autre. Devenons tous des Eco-Citoyens ! J'espère de tout cœur qu'au travers de ces 14 semaines d'expédition, les 14 réflexes utiles  , que nous avons identifiés, ne seront pas qu'un rêve et que chacun d'entre nous s'engagera à en respecter l'utilité.

    Nicolas et les chiens sur le fleuve gelé - Reproduction interdite © Pierre Michaut

    J'ai réussi à rattraper le retard que j'avais pris au départ et que j'avais accumulé dans le premier passage dans les Monts Saïan. Mais je dois changer de piste, le Ienesseï présentant un pack important. Je me dirige donc plus au sud. Je suis dans la république de Khakassie. Après avoir laissé la ville d'Abakan, je descends à environ 90 km sur Askiz. En pleine taïga, j'ai fait la rencontre étonnante d'un très vieux paysan. Il s'appelle Nikita et vit tout seul, en autarcie totale. Sa famille est venue se réfugier au début du XIXè siècle, il est le dernièr descendant. Il ne sait pas ce que va devenir le bétail qu'il élève pour survivre... Ce fut une rencontre brève et intense à la fois, car notre échange était surtout de regards et des quelques mots de russe que je possède. Je sentais à son regard triste sa désespérance pour l'avenir de ses animaux.

    D'Askiz, je suis remonté vers les montagnes pour passer un col entre Birikthul et Piskanzha. Les chiens sont en pleine forme, malgré les difficultés. Cette piste me permet de prendre la rivière Tom à sa source et de la descendre jusqu'à Tomsk, mon objectif pour le 14 janvier.

    Quelques informations complémentaires sur le coin :

    La Khakassie est une région très riche en gisements divers (pétrole, or, cuivre, tungstène, marbre...) Les sites sont très industrialisés et pollués. Dans les années 1910, les Français y ont installé une usine de traitement des minerais d'amiante ! Les Khakasses sont traditionnellement éleveurs de chevaux, bovins et ovins. Ils se nommaient eux-mêmes " le peuple aux trois troupeaux ".

    Chevaux des Monts Saïan - Reproduction interdite ©
Cela vous intéressera aussi