La station scientifique Halley VI. © British Antarctic Survey

Planète

Antarctique : une station scientifique doit déménager devant la fonte des glaces

ActualitéClassé sous :climatologie , continent antarctique , Antarctique

Pour la deuxième fois, la base scientifique Halley VI, au nord-ouest de l'Antarctique, est contrainte de déménager. La raison est la même : des crevasses dans la banquise qui s'étendent assez rapidement. Par précaution, elle sera abandonnée avant le prochain hiver austral.

Pour éviter que la base scientifique britannique Halley VI, située sur une banquise au nord-ouest de l'Antarctique, près de l'océan, ne parte à la dérive sur un immense iceberg, ses occupants ont décidé de la déplacer une nouvelle fois. Ce choix a été fait après la découverte, le 31 octobre 2016, d'une fracture au nord, qui s'étend rapidement et surnommée Halloween Crack. En moins de trois mois, sa longueur a en effet doublé, passant de 22 à 44 km, le 10 janvier dernier. C'est l'été austral et ces couvertures de glace, descendues des glaciers continentaux pour s'étaler sur la mer, se fragmentent, jusqu'à créer des icebergs dérivants. En décembre dernier, la plateforme Larsen s'était ainsi lézardée sur 110 km.

Face à l'inconnue de son expansion (va-t-elle continuer ?, va-t-elle ralentir ?, etc.), les scientifiques préfèrent déménager les huit modules avant que l'hiver austral ne s'installe. Car au cours de cette période, la nuit et le froid extrême (jusqu'à -55 °C) rendent très périlleuse toute opération de sauvetage. D'ailleurs, par précaution, personne n'y passera l'hiver, pas même les 16 chercheurs qui devaient rester. Ils ont 88 actuellement, au plus fort de l'été austral.

Un déménagement qui en suit un précédent

Ce déménagement intervient quelques semaines seulement après un précédent déplacement provoqué, lui, par la progression inquiétante, mais assez lente (environ 1,7 km par an) d'un gouffre situé au sud-est de la station. Depuis décembre 2012, Chasm 1 a repris son expansion. Aussi avait-il déjà été décidé de démonter la station et de la remorquer en un lieu jugé plus sûr...

À présent, il ne reste plus qu'un seul module à véhiculer sur le nouveau site, à 23 km vers l'est. Même si les simulations estiment qu'il n'y a pas de danger que la banquise se fragmente, le doute plane toutefois face à toutes les inconnues sur ce qui peut arriver dans cette région très inhospitalière. C'est en mars que tous les occupants mettront les voiles. Ils prévoient de revenir avec celui du Soleil, six mois après leur départ.

« Compte tenu de l'imprévisibilité combinée à notre incapacité à faire quoi que ce soit en hiver (pas d'avion sur le continent, il fait sombre et très froid...), le plus prudentest d'évacuer les équipes et de fermer la station d'une manière contrôlée, pour ensuite revenir l'été prochain », a confié Jonathan Amos à BBC News.

Cela vous intéressera aussi

Une impressionnante chute d’iceberg de la taille de Manhattan  Adam Lewinter et Jeff Orlowski ont filmé une rupture historique sur le glacier de Sermeq Kujalleq, au Groenland. L'évènement a duré 75 minutes et le glacier s'est retiré de plus de 1,6 km. Un impressionnant spectacle à découvrir en vidéo.