Planète

Des champignons luminescents… hallucinants !

ActualitéClassé sous :botanique , biologie , champignon

Une espèce de champignons luminescents, oubliée pendant cent soixante-dix ans, a été retrouvée et vient d'être étudiée par des chercheurs de l'université de San Francisco.

Neonothopanus gardneri : à gauche des photos prises au flash, à droite les mêmes photos dans l'obscurité. De la lumière verte est produite par les champignons récoltés (b), in vivo (d) et même par les spores dans des boîtes de Petri (f). © Cassius V Stevani, IQ-USP Brazil

Vila de Natividade, Brésil, un soir de 1840. Dans les rues de la ville, des enfants jouent avec un étrange objet d'où émane une lueur inquiétante... Kryptonite ? Extraterrestres ? Assistant à la scène, le fameux botaniste britanique George Gardner doit lui aussi se poser des questions, avant de s'apercevoir qu'il ne s'agit en réalité que d'un drôle de champignon, luminescent !

Intrigué (et peut-être un peu rassuré), il reprend ses habitudes de naturaliste et se renseigne sur l'espèce : les locaux l'appellent « flor-de-coco » et lui montrent l'endroit où il pousse, sous les feuilles mortes au pied d'un palmier nain. Le scientifique fait son devoir. Il envoie consciencieusement un exemplaire aux jardins royaux de Kew (Londres), où le champignon lumineux est étudié et nommé Agaricus gardneri en son honneur. L'espèce ne sera plus observée avant 2009.

Sur les traces de Gardner

Il y a deux ans en effet, le professeur Dennis Desjardin et ses collègues de l'université d’État de San Francisco sont repartis sur la piste de l'étrange organisme. Pour capturer la faible émission de certains sujets, le recours à des appareils photo numériques plus sensibles que les pellicules traditionnelles, a été d'un grand secours.

Les chercheurs racontent que les Neonothopanus gardneri éclairent presque assez pour servir de liseuse ! © Cassius V. Stevani, IQ-USP Brazil

Après de longues et périlleuses chasses nocturnes, Desjardin et son compère, le docteur Cassius Stevani, ont récolté de nouveaux spécimens. Ils les ont étudiés à leur tour et modifié la classification de l'espèce, renommée Neonothopanus gardneri. La description et l'identification complète est disponible en ligne et sera publiée en novembre dans le journal Mycology. Prochaine étape : comprendre comment et pourquoi certains champignons sont bioluminescents. Ça n'est pas une mince affaire...

Luminescence mystérieuse

Des pistes existent pour comprendre le mécanisme chimique sous-jacent. La bioluminescence existe chez de nombreux organismes, de la luciole à la bactérie en passant par la méduse et donc, le champignon. Le plus souvent, la lumière est émise lorsqu'une molécule, la luciférine, est oxydée par une enzyme, la luciférase. Mais les chercheurs n'ont pas identifié ici de trace de luciférine. D'autre part, les animaux n'émettent de la lumière généralement que par flashs ou courtes périodes, alors que ces champignons brillent sans interruption tant qu'ils trouvent à leur disposition eau et oxygène.

La substance chimique à l'origine de ce phénomène doit donc être facilement disponible et abondante pour que les enzymes puissent catalyser la réaction en continu. Quant à découvrir les avantages évolutifs du phénomène, la question semble épineuse... Sans organe de détection de la lumière connu, sans possibilité de se déplacer, quel besoin ont-ils de développer une telle aptitude ? Le mystère demeure. Et les différentes espèces de « champignons fantômes » continueront donc, pour l'instant, à effrayer ou faire rêver...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi