Une expédition scientifique a découvert dans l'archipel des Galapagos une tortue apparentée à l'espèce disparue du célèbre George le Solitaire, mort sans descendance.

Cela vous intéressera aussi

Le spécimen découvert, une jeune femelle, est considéré comme de « grande priorité du fait qu'elle possède une importante charge génétiquegénétique de l'espèceespèce Chelonoidis abingdonii », tortue géante de l'île Pinta considérée comme éteinte et à laquelle appartenait George, selon le communiqué du Parc national des Galapagos (PNG).

Elle a été identifiée durant une expédition sur le volcanvolcan Wolf, dans l'île Isabela, menée sur les traces des anciens pirates et baleiniers qui y abandonnaient autrefois les tortues quand ils devaient alléger la charge de leurs bateaux. Leur nombre aujourd'hui est estimé entre 10.000 et 12.000, sur une superficie de 600 km2.

Les gardes et scientifiques du parc ainsi que de l'ONG Galapagos Conservancy ont en outre localisé 29 autres tortues, dont 18 femelles et 11 mâles, présentant un « lignage partiel » avec l'espèce "Chelonoidis niger", considérée comme éteinte sur l'île Floreana.

Une tortue géante dans le Parc national des Galapagos en août 2015. © HO, DPNG, AFP
Une tortue géante dans le Parc national des Galapagos en août 2015. © HO, DPNG, AFP

Georges le solitaire, tortue emblématique des Galapagos

Les experts estiment que la tortuetortue géante apparentée à George, mort en 2012 après avoir refusé de s'accoupler en captivité avec des femelles d'espèces proches, « pourrait être une descendante directe d'un spécimen pur habitant encore dans les parages » du volcan Wolf.

George est la figure emblématique des Galapagos, archipelarchipel situé à 1.000 km de la côté équatorienne, classé au patrimoine naturel de l'humanité et réserve de la biosphèreréserve de la biosphère pour sa flore et sa faunefaune unique au monde.

Les 30 tortues récupérées durant l'expédition qui a duré 10 jours ont été transférées au centre d'élevage « Fausto Llerena » sur l'île Santa Cruz. Après une période de quarantaine, les spécimens apparentés à l'espèce "Chelonoidis niger" seront ajoutés au programme de reproduction en captivité. Le PNG va par ailleurs étudier les mesures à prendre concernant la tortue apparentée à George.

Il reste aux Galapagos 11 espèces de tortues géantes, après l'extinctionextinction de quatre autres depuis l'arrivée de Charles DarwinCharles Darwin en 1835 sur ces îles dont l'observation lui a inspiré sa théorie de l'évolutionthéorie de l'évolution.

Voir aussi

Diego la tortue a sauvé son espèce grâce à sa libido


George la tortue géante n’était pas la dernière de son espèce

Article de Quentin Mauguit 23 novembre 2012

George le solitaire s'en est allé en juin 2012, mais pas son espèce ! Dix-sept tortues géantes génétiquement proches auraient été trouvées sur l'île Isabela, toujours aux Galápagos. 

Le monde a appris avec tristesse la mort prématurée, mais naturelle, de « George le solitaire » le 24 juin 2012. Véritable emblème de l'île Pinta aux Galápagos, cette tortue géante découverte en 1972 était alors le dernier représentant connu de son espèce Chelonoidis abingdonii. Une nouvelle, publiée ce mercredi par le Galapagos National Park (GNP), a donc remis du baumebaume au cœur de nombreux Équatoriens : 17 tortues appartenant à la même ascendance que George viennent d'être trouvées !

Malgré son apparence massive, George la tortue géante ne pesait que 90 kg. Sa carapace mesurait 102 cm de long. Les analyses génétiques visant à retrouver d'autres membres de son espèce étaient déjà en cours au moment de sa mort. © Chelonian Research Foudation
Malgré son apparence massive, George la tortue géante ne pesait que 90 kg. Sa carapace mesurait 102 cm de long. Les analyses génétiques visant à retrouver d'autres membres de son espèce étaient déjà en cours au moment de sa mort. © Chelonian Research Foudation

Près de 1.600 échantillons biologiques ont été prélevés sur des tortues de l'île Isabela (précisément sur les pentes du volcan Wolf). Des analyses génétiques réalisées par des chercheurs de l'université de Yale ont ensuite permis d'identifier 7 femelles, 3 mâles et 5 jeunes (dont le sexe reste à déterminer) appartenant à l'espèce Chelonoidis abingdonii. Cependant, ils ne sont pas directement apparentés à la lignée de George le solitaire : le communiqué parle plutôt « d'hybrideshybrides » et « peut-être d'individus purs ».

L'information va prochainement être publiée dans la revue Biological Conservation. Selon le GNP, « cette découverte marque un premier pas vers la récupération de l'espèce Chelonoidis abigdonii, à travers un programme de reproduction et d'élevage en captivité ». À l'avenir, des expéditions pourraient donc être menées sur l'île Isabela pour identifier puis capturer les 17 reptilesreptiles. De nouveaux prélèvements sanguins seront également réalisés afin de trouver, si cela est encore possible, de nouveaux parents de George.