Grâce à Super Diego, une tortue géante des Galápagos, son espèce n’est plus en voie d’extinction. © rpbmedia, Adobe Stock

Planète

Diego la tortue a sauvé son espèce grâce à sa libido

ActualitéClassé sous :Tortue géante des Galapagos , George le solitaire , Super Diego

Diego, la tortue sex-symbol des Galapagos, va retrouver sa liberté. Après une cinquantaine d'années de service assidu, les 15 adultes du programme de reproduction en captivité de l'archipel vont être relâchés sur l'île d'origine de Diego.

La tortue sex-symbol Diego va retrouver sa liberté en mars, à l'issue du programme de reproduction en captivité initié dans les années 1960. Accompagné d'une quinzaine d'autres adultes reproducteurs, il va être relâché sur l'île Española dans l'archipel des Galapagos, dont il est originaire. Pour cela, ces tortues vont d'abord être mises en quarantaine, afin de s'assurer qu'ils n'emportent pas de graines de plantes exogènes, et potentiellement invasives, dans leur nouvel habitat.

Diego, tortue Chelonoidis hoodensis centenaire, avait été rapatrié en 1976 du zoo de San Diego (États-Unis) sur l'île Santa Cruz pour sauver son espèce. En effet, il y a 50 ans, il ne restait plus que 14 spécimens de cette espèce (voir l'article ci-dessous). Un programme de reproduction a alors été mis en place, les individus restants étant trop éloignés les uns des autres pour pouvoir se rencontrer et se reproduire sans un petit coup de pouce. Avec environ 2.000 individus aujourd'hui, le programme est un succès !

Sex, Turtle and Rock'n'roll

Et Diego y est pour beaucoup. Ce mâle a une libido exacerbée. Accompagnés de six femelles et d'autres mâles, ils ont conçu 1.800 descendants, qui ont eux-mêmes pu avoir une progéniture. En 2010, une étude génétique effectuée au sein du parc national des Galapagos (PNG) a permis de découvrir que 40 % de ces petits sont ceux du Don Juan reptilien. 

Certains scientifiques s'inquiètent néanmoins. Un tel succès reproducteur est remarquable, mais peut s'avérer problématique pour la diversité génétique de la nouvelle population de tortues Chelonoidis hoodensis, puisque avec un tel nombre de frères et soeurs, le risque de consanguinité est important...

Pour en savoir plus

Une tortue des Galápagos sauve son espèce grâce à son appétit sexuel

Article publié le 18/09/2016, écrit par Marie-Céline Ray

Dans la famille des tortues géantes des Galápagos, Diego est un Don Juan qui a sauvé son espèce de l'extinction grâce à ses centaines de descendants. Deviendra-t-il plus célèbre que « Georges le solitaire » ?

Après George le solitaire, mort à plus de 100 ans en 2012, voici qu'une autre tortue géante des Galápagos devient une star internationale : Diego, aussi appelé « Super Diego ». Contrairement à George qui refusait de se reproduire en captivité, devenant le triste symbole d'une espèce en train de mourir, Super Diego a beaucoup œuvré pour la survie de son espèce.

Diego est une tortue Chelonoidis hoodensis d'une centaine d'années, originaire de l'île Española, située au sud de l'archipel des Galápagos. Il a d'abord été transporté au zoo de San Diego. Dans les années 1960, son espèce était en train de disparaître : il ne restait plus que 14 tortues sur l'île, dont seulement deux mâles. Les rats, introduits par l'arrivée de l'homme, mangeaient les œufs, tandis que chèvres et cochons détruisaient l'habitat des tortues. Les derniers spécimens ont été emmenés à la Charles Darwin Research Station de l'île Santa Cruz pour faire partie d'un programme de repeuplement. Diego s'est joint à eux dans les années 1970.

Diego est la tortue la plus grosse (environ 80 kg) et la plus âgée de ce programme qui se déroule en captivité et qui compte sur trois mâles pour repeupler l'île Española ; il est aussi le mâle le plus prolifique par sa descendance. Diego partage son enclos avec six femelles qui l'aident à accomplir sa lourde tâche. D'après une analyse génétique, il serait le père de 40 % des 2.000 tortues nées dans le centre et retournées dans la nature, soit environ 800 tortues. Comme l'explique Washington Tapia, du parc national des Galápagos : « C'est un reproducteur mâle sexuellement très actif. Il a énormément contribué  à repeupler l'île. »

Cela vous intéressera aussi

Cinq animaux étranges et surprenants  Certains animaux sont tellement étranges qu’il est difficile de croire en leur existence. Ils sont surprenants par leur apparence, leurs aptitudes ou leurs paradoxes. Futura a réuni pour vous un top 5 de ces étrangetés du monde animal, à découvrir en vidéo. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !