Après 40 ans, les baleines font leur retour aux pôles. © CC0
Planète

Après un long silence, les baleines font leur retour aux pôles

ActualitéClassé sous :Biodiversité , baleine , Baleine de Minke

[EN VIDÉO] Plongez à dos de baleine en Antarctique  Ces images étonnantes ont pu être tournées grâce à des caméras fixées sur le dos de baleines à bosse et de rorquals, en Antarctique. Des scientifiques, avec l’aide du WWF, ont ainsi pu se mettre dans la peau d'une baleine durant 24 à 48 heures. Le but ? Mieux connaître les zones d’approvisionnement de ces grands mammifères marins et demander leur sanctuarisation dans un avenir proche. 

Près de quarante ans après la fin de leur persécution, certaines espèces de baleines semblent progressivement repeupler les régions polaires qui les avaient vues florir par le passé.

Depuis bien longtemps, les pôles de notre Planète ont cessé de retentir du chant mélancolique des baleines. Chassés, décimés jusque dans les régions les plus froides, ces immenses mammifères marins ont été effacés de la carte des décennies durant, laissant derrière eux un silence de mort. Mais, presque quarante ans après l’abolition quasi unanime de la chasse à la baleine dans ces contrées, voilà que celles-ci font progressivement leur retour. Celui-ci sera-t-il permanent ? La réponse tient plus à notre comportement qu'au leur.

Le retour des baleines polaires

Dans une récente étude, les chercheurs ont rapporté un nombre croissant de baleines bleues dans les eaux entourant la Géorgie du Sud, une île située dans l'Atlantique sud. Pas de quoi se réjouir outre mesure pour l'instant : seuls 41 nouveaux individus ont été identifiés au cours des neuf dernières années, sur les 517 déjà catalogués. Néanmoins, au vu des cycles de vie et de reproduction lents de la baleine, ces chiffres sont encourageants. Prisées par les chasseurs pour leur taille imposante, ces créatures ont été décimées par milliers chaque année dans la région, alors que leur persécution atteignait son paroxysme. Elles auront donc besoin de plus de temps pour reconstituer leurs rangs.

Pendant ce temps, l'Ouest de la péninsule Antarctique connaît pour sa part un retour fulgurant des baleines boréales atteignant aujourd'hui des effectifs proches de ceux précédant l’ère de la chasse commerciale intensive. Le rorqual commun et la baleine de Minke font quant à eux une réapparition du côté de la mer des Tchouktches, au large de l'Alaska. Pour autant, la victoire est encore loin d'être acquise pour les cétacés, vulnérables tant face aux répercussions du réchauffement climatique que face aux pressions humaines, dont certains de leurs territoires font l'objet.

La baleine boréale fait son retour dans l’Ouest de la péninsule Antarctique. © Kit Kovacs, Norwegian Polar Institute

Préserver les futures générations

« Au cours des prochaines décennies, les baleines aux pôles seront confrontées à plusieurs nouvelles sources de stress, allant du réchauffement des eaux perturbant leur chaîne alimentaire à la pollution et à la pêche commerciale », commente la chercheuse Lauren McWhinnie, pour le média The Conversation. « Avec moins de glace de mer et des périodes sans glace plus longues en été, l'accès simplifié aux océans Arctique et Sud et à leurs ressources incite de nombreuses industries à se développer ou à s'établir dans ces eaux éloignées. »

Les menaces sont donc nombreuses pour ces populations qui commencent tout juste à se rétablir. Le bruit anthropique et le risque de collision peuvent être partiellement réduits en imposant des limitations de vitesse aux navires ; mais de nombreuses autres variables devront encore faire l'objet de mesures variées, tandis que d'autres, comme les facteurs climatiques, connaîtront fatalement une évolution lente, dépendante de notre volonté d'agir pour préserver notre Planète.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !