Notre empreinte sur l’environnement n’a sans doute jamais été aussi marquée. Et les chercheurs se posent la question des capacités d’adaptation des animaux à ces changements rapides que nous leur imposons. Ils montrent aujourd’hui en tout cas qu’ils ont un impact sur leur comportement.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les animaux sauvages face au réchauffement climatique Même de très légers changements du climat peuvent affecter fortement la biodiversité d’un secteur, voire entraîner la disparition d'animaux. C’est pourquoi le CLS, spécialisé dans la protection de la faune sauvage, s’attache à surveiller au quotidien et par satellite les espèces vulnérables comme le manchot royal ou l’éléphant de mer. Voici en vidéo un aperçu du travail effectué en Arctique.

Le changement climatique n'affecte pas seulement les sociétés humaines. Il touche aussi les écosystèmes. Influençant par exemple la taille des animaux. Ou au moins celle de certains de leurs appendices. D'aucuns suggèrent que le réchauffement pourrait avoir un impact négatif sur l'intelligence de nos amis les bêtes. Et aujourd'hui, des chercheurs de l’université d’Helsinki (Finlande) montrent que les comportements des animaux sont en train de changer. Qu'ils n'explorent déjà plus tout à fait leur environnement comme avant.

Les scientifiques ont étudié plus d'une centaine d'espècesespèces. Des insectesinsectes, des amphibiens, de poissonspoissons, des oiseaux, des crustacés et des mammifèresmammifères. Ils se sont demandé quels traits de leur caractère -- l'agressivité, l'activité, l'audace, la sociabilité ou l'exploration de leur environnement -- pourraient être les plus sensibles aux changements environnementaux induits par les Hommes. Puis, à quels changements en particulier ces traits de caractère seraient les plus sensibles.

Un atout pour l'adaptation ?

« Les animaux réagissent fortement à toutes les formes de changement environnemental [comme des changements dans la concentration de dioxyde de carbone (CO2) et les niveaux de nutrimentsnutriments, les espèces exotiques et d'autres changements biotiques causés par l'Homme, l'urbanisation ou d'autres perturbations humaines, ndlr], mais le changement climatiquechangement climatique a engendré le plus grand changement dans le comportement animal. Plus encore lorsqu'il s'agit d'exploration de l'environnement », explique Petri Niemelä, chercheur à l'Université d'Helsinki, dans un communiqué.

Les scientifiques notent que les changements de comportement peuvent marquer le début d'une tentative d'adaptation à une modification de l'environnement. Comme un « tampon avec lequel les animaux évitent les effets négatifs immédiats de ce changement. » Pour compenser, par exemple, un faible succès de reproduction ou une mortalité accrue causée. En modifiant leur comportement, les animaux peuvent également obtenir plus d'informations sur l'environnement modifié.