Des chercheurs font la lumière sur l’origine de la patate douce et portent un coup dur à l’hypothèse d’un contact précoce entre Polynésie et Amérique. © Alpha, Flickr

Planète

Enfin élucidée, l'origine de la patate douce éclaire l'histoire des Hommes

ActualitéClassé sous :amérique , Polynésie , patate douce

-

C'est une belle réunion de famille pour la patate douce. Après être partie à la conquête de la Polynésie et des quatre coins du monde, elle retrouve enfin son ancêtre demeuré au foyer, en Amérique centrale. En grande aventurière, elle n'a pas attendu l'arrivée des navigateurs polynésiens, ni des Européens, pour traverser le Pacifique.

La patate douce, ce savoureux tubercule tropical consommé de par le monde, nourrit autant les débats que les estomacs. Originaire d'Amérique, elle a colonisé la Polynésie bien avant les grandes explorations européennes, ce qui a poussé les historiens à supposer que les austronésiens auraient rapporté eux-mêmes la plante sur leurs îles durant l'époque précolombienne. De plus, l'ascendance et l'évolution de la patate douce restent bien énigmatiques : certains chercheurs lui trouvent de multiples ancêtres, d'autres un seul.

Or, en se penchant à leur tour sur ces questions, Pablo Muñoz-Rodriguez et ses collègues à l'université d'Oxford, à l'université d'Oregon et au Centre international de la pomme de terre de Lima au Pérou, ont trouvé des résultats qui pourraient changer la donne. En effet, les chercheurs ont conduit une étude phylogénétique extensive sur la patate douce et toutes les espèces apparentées, et lui ont découvert une origine unique : elle descend d'une plante d'Amérique centrale et des Caraïbes appelée Ipomoea trifida.

Mais les révélations sur l'histoire de la patate douce vont encore plus loin. « En plus d'identifier son géniteur, nous avons également découvert que la patate douce est née bien avant les êtres humains, il y a au moins 800.000 ans, » déclare à la presse Robert Scotland, co-auteur de ces travaux, publiés dans le journal Current Biology« Nos résultats réfutent la théorie dominante et remettent en question l'existence de contacts précolombiens à travers le Pacifique » poursuit Pablo Muñoz-Rodriguez.

Les autres indices de ces contacts, à savoir l'analyse ADN des êtres humains et des poulets, sont aujourd'hui contestés, rappellent les chercheurs dans leur publication. Le seul témoin biologique restant était la patate douce. Renversant le mythe, ils expliquent la présence de ce légume en Polynésie par une dispersion naturelle, par le vent, la mer ou les oiseaux.

L’espèce I. tuboides (numérotée 1), endémique des îles Hawaï (en orange à gauche de la carte), a divergé depuis au moins 1,1 million d’années de ses plus proches parents (numérotés 1, 2, 3 et 4), tous confinés au Mexique et en Amérique centrale (en orange sur la carte). Sa présence à Hawaï, à 5.200 km de la côte américaine, s’explique très probablement par une dispersion naturelle, par le vent, la mer ou les oiseaux. © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

La patate douce a 800.000 ans et a traversé le Pacifique toute seule

Dans le cadre cette étude, les chercheurs ont analysé 199 spécimens de patates douces, de son nom latin Ipomoea batatas, et de plantes sauvages apparentées appartenant au genre Ipomoea. Ils ont procédé à un séquençage de l'ADN du noyau et de celui des chloroplastes - des organites présents dans les cellules des plantes.

Cette méthodologie, plus complète que celles qui se restreignent à l'ADN nucléaire, a produit des arbres phylogénétiques en apparence discordants : tandis que l'ADN du noyau pointe vers une origine unique, en établissant que I. trifida est son plus proche parent, l'ADN chloroplastique indique deux origines génétiques. Pour réconcilier les résultats, les chercheurs postulent que I. trifida a joué un double rôle dans l'évolution de la patate douce. « Nous arrivons à la conclusion que la patate douce a évolué à partir de son géniteur il y a au moins 800.000 ans. Puis, après que les deux espèces soient devenues distinctes, elles se sont hybridées » explique Pablo Muñoz-Rodriguez.

La patate douce Ipomoea batatas (A) et cinq espèces fortement apparentées : I. trifida (B), I. triloba (C), I. ramosissima (D), I. cordatotriloba (E) et I. leucantha (F). © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

Ainsi, I. trifida aurait été impliquée dans un évènement d'hybridation avec la patate douce dans les 56.000 ans qui ont suivi la divergence entre les deux espèces. Au cours de ce croisement, le génome chloroplastique de I. trifida s'est introduit dans les chloroplastes de la patate douce, sans transfert d'ADN nucléique. Ce phénomène, courant dans l'évolution des espèces, a engendré deux lignées de patates douces qui diffèrent seulement par leur ADN chloroplastique.

Pour finir, les chercheurs ont également étudié des patates douces collectées dans les îles de l'actuelle Polynésie française en 1769, par Joseph Banks et Daniel Solander, durant l'expédition du capitaine Cook. Ils ont découvert que cette variété de patate douce possède une signature génétique unique. Elle aurait divergé des spécimens américains il y a au moins 100.000 ans et serait isolée du continent depuis plusieurs millénaires.

D'après les chercheurs, la patate douce s'est retrouvée naturellement en Polynésie, sans intervention humaine. Ce genre de voyage s'observe effectivement chez d'autres espèces apparentées. En outre, bien qu'ils n'aient pas étudié personnellement la flottabilité des graines de patates douces, des travaux antérieurs ont montré que celles de plusieurs espèces du genre Ipomoea pouvaient résister sur de longues distances en mer.

  • Une nouvelle recherche réécrit l’histoire de la patate douce. Apparue en Amérique bien avant les êtres humains, elle a traversé l’océan Pacifique pour s’implanter en Polynésie sans eux.
  • Cela remet en doute l’hypothèse d’un contact entre la Polynésie et l’Amérique à l’époque précolombienne.
Cela vous intéressera aussi

Bora-Bora : visitez la perle de Polynésie avec Antoine  Bora-Bora, peut-être l’île la plus célèbre au monde : la beauté de son lagon, particulièrement vu du ciel, a de quoi couper le souffle. Escale en vidéo sur l’une des îles Sous-le-Vent de l'archipel de la Société avec Antoine.