Le documentaire Être avec les abeilles vous entraîne dans le monde mystérieux et merveilleux de ces petits insectes pollinisateurs. © Jupiter Films
Planète

Biodiversité : pourquoi il faut aller voir « Être avec les abeilles » au cinéma

ActualitéClassé sous :Abeille , insecte , animaux

[EN VIDÉO] « Être avec les abeilles » pour travailler avec la nature  « Être avec les abeilles », c’est une heure trente d’émerveillement. Une heure trente pour tout savoir sur ces formidables insectes pollinisateurs. Pour apprendre à les aimer un peu plus. Et à travailler avec la nature pour préserver cette biodiversité qui nous fait vivre Une heure trente pour commencer à changer le monde... © Jupiter Films 

Partout dans le monde, les abeilles se meurent. Mais que savons-nous vraiment d'elles ? Le documentaire Être avec les abeilles, qui sort en salles le 1er septembre, est un excellent moyen de le vérifier. Futura l'a vu pour vous et vous l'assure, cette heure et demie que vous y passerez ne sera pas perdue !

Lorsqu'il est question de sauvegarde de la biodiversité et, plus généralement, de protection de l'environnement, il y a les documentaires qui jouent sur des émotions négatives. La peur, l'angoisse, le sentiment d'urgence. Il y en a beaucoup. Et puis, il y a Être avec les abeilles. Ce film étonnant qui vous tend la main et murmure à votre oreille des histoires parfois mystérieuses, toujours merveilleuses. Ce film qui, avec la plus grande simplicité du monde, raconte pourquoi et comment il est possible de faire autrement.

Car, faut-il le rappeler, depuis quelques années, les abeilles disparaissent. Victimes, elles aussi, de notre désinvolture. Elles meurent au contact des pesticides. Mais elles souffrent aussi -- et peut-être même, surtout -- d'être privées de fleurs des champs et d'autres arbres mellifères à butiner. Une problématique prise à bras le corps par cette dame que l'on découvre dans le film. Une abeille morte dans une main et une fleur sauvage dans l'autre, elle raconte comment elle a expliqué à des décideurs qu'elle tenait là à la fois le problème... et la solution ! Une bien belle manière de les convaincre de planter des fleurs sauvages le long des autoroutes de la région.

Concernant les abeilles domestiques, les pratiques mêmes des apiculteurs ont fragilisé les populations, nous rappelle Être avec les abeilles. Cette obsession de produire toujours plus du miel. En oubliant malheureusement que sans conscience, notre intelligence n'est pas grand-chose. Les apiculteurs seraient-ils un brin schizophrènes ? Combattant d'un côté l'utilisation irraisonnée de pesticides par les agriculteurs et introduisant de l'autre dans leurs propres ruches, pas moins 70 % des produits néfastes pour leurs abeilles.

Le documentaire Être avec les abeilles est une véritable invitation à l’émerveillement. Mais il n’en oublie pas moins de proposer des solutions concrètes aux problématiques des abeilles, des apiculteurs, des agriculteurs… de nous tous, en somme. © Jupiter Films

Des solutions existent

Mais en la matière, il n'y a pas de fatalité. Prenant l'exemple du varroa, des neuroscientifiques, des médecins, des botanistes, des biologistes, des entomologistes et des agronomes nous l'assurent. Il existe des solutions contre ce petit parasite qui vit sur le dos des abeilles, leur inoculant des virus mortels. Les colonies sauvages les ont trouvées. Elles ont appris tout un tas de nouvelles techniques et de nouveaux comportements qui leur ont permis de les rendre plus résistantes. Comme le fait de désoperculer régulièrement leurs couvains -- comprenez leurs œufs, leurs larves et leurs nymphes. Car c'est dans des couvains scellés que le varroa se reproduit.

Attention, ne vous y trompez pas, Être avec les abeilles ne cherche pas à culpabiliser. Juste à recréer le début de ce lien précieux entre la nature et les Hommes. Un lien qui s'est peu à peu rompu au fil des siècles. Et qu'il est encore possible de renouer. Pour éviter le désastre. Car des pistes existent. La recherche détient aujourd'hui beaucoup de données utiles en la matière.

Au contact des abeilles sauvages, j’ai compris que je me trompais.

« Quand je suis devenu apiculteur, je pensais bien faire. Je pensais que ce que je faisais était normal. Puis un jour, je me suis mis à observer ce que faisaient les abeilles sauvages. J'ai compris que je me trompais. Tout simplement », raconte encore un homme dans le film, bouleversé. Et s'il était là, l'enseignement des abeilles ? Comme ce précepte indien qui recommande d'apprendre à considérer l'effet que chacune de nos actions aura sur les sept générations à venir...

Pour savoir où voir Être avec les abeilles ou même pour organiser une projection, c'est ici.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !