La présence de vers blancs dans votre jardin peut vite devenir un fléau pour vos cultures. Découvrez comment vous en débarrasser de façon naturelle.

Cela vous intéressera aussi

Certaines larveslarves d'insectesinsectes parasites vivent dans le sol et, du coup, on les remarque rarement ! Leur présence est redoutable, comme c'est le cas par exemple du ver blanc, la larve du hanneton. Leur grand défaut consiste à grignoter les racines de la plupart des légumes. Ce fichu ver blanc mesure jusqu'à quatre centimètres de long et s'avère très vorace. Il apprécie notamment les plantes à tuberculestubercules ou racines (pomme de terre, carottecarotte, betterave, navetnavet), mais se nourrissent également des racines d'autres végétaux (arbustes, vivaces, etc.).

Le ver blanc, la larve du hanneton, se nourrit de racines et fait des ravages dans votre potager. © Graja, Adobe Stock
Le ver blanc, la larve du hanneton, se nourrit de racines et fait des ravages dans votre potager. © Graja, Adobe Stock

Vers blancs : en venir à bout

Pour vous en débarrasser, hachez grossièrement des feuilles de chou et de navet et incorporez-les légèrement au sol, juste au moment de vos semis, ce qui écartera ces larves indésirables. Une autre possibilité consiste à enterrer des pommes de terre à quatre ou cinq centimètres de profondeur, après les avoir coupées en deux et creusées légèrement. Placez-les la face coupée vers le sol, repérez les endroits et visitez-les régulièrement. Ramassez et détruisez alors les larves.

Sachez également que des binages répétés réduisent beaucoup le nombre de vers blancs. Le fin des fins consistera à combattre ces larves à l'aide de « gentils » nématodesnématodes qui les parasiteront. Rassurez-vous : ces nématodes, de microscopiques petits vers, sont extrêmement sélectifs et ne s'attaqueront pas à vos cultures ! Vous pouvez en trouver dans une jardinerie. Présentés dans des sachets, il suffira de diluer le contenu dans de l'eau et d'arroser la terre contaminée. 

Illustration de la bannière SIEHE AUCHSIEHE AUCH

Lire cet article en Allemand