Dans le réseau Massiléo, de l'eau de mer échange sa chaleur avec un circuit d'eau douce. Grâce à des pompes à chaleur réversibles, il pourra chauffer ou rafraîchir des bâtiments. © EDF, Optimal Solutions, Artkom

Maison

La thalassothermie, pour chauffer et climatiser grâce à la mer

ActualitéClassé sous :Bâtiment , Environnement , énergie renouvelable

À Marseille, un écoquartier, « Smartseille », expérimente en grandeur nature un réseau d'énergies renouvelables intelligent, Massileo. Pour produire du froid et du chaud, il utilise les calories de l'eau de mer. C'est la thalassothermie.

L'écoquartier Smartseille sort de terre, pour éclore définitivement en 2018, proposant à terme près de 400 logements, une crèche et des jardins partagés, mais aussi des commerces et des bureaux. Ces « îlots », bâtis sur un terrain de 1,2 hectare qui accueillit jadis une usine de production de gaz, se veulent exemplaires d'innovations en matière urbaine : places de parking mutualisées, « tablophones » à l'entrée des logements, voitures électriques en partage, conception des bâtiments favorisant le rafraîchissement naturel...

La partie la plus originale est invisible de l'extérieur. C'est le réseau d'énergies renouvelables intelligent, Massileo, d'Optimal Solutions, filiale de Dalkia. Il est destiné à desservir plus de 500.000 m2 de bâtiments de le zone Euroméditerranée 2 en chauffage, climatisation et eau chaude sanitaire grâce à la récupération de calories sur eau de mer. Smartseille est le premier écoquartier à s'être raccordé à Massileo, en 2016.

Dans la zone d'aménagement urbaine Euroméditerranée, à Marseille, le chaud et le froid viennent de la mer. Le réseau Massileo, schématisé ici, a fait ses preuves depuis 2016 à Smartseille. Avec son circuit d'eau tempérée échangeant ses calories avec la mer, il peut servir au chauffage, à la climatisation et à la production d'eau chaude. © Massileo, EDF, YouTube

Des pompes à chaleur réversibles pour chauffer ou rafraîchir

Le principe de fonctionnement est simple : de l'eau est prélevée à faible profondeur, au large du port de Marseille, avec une température modérée de 12 à 24 °C selon la saison. Elle échange ses calories avec une boucle d'eau douce secondaire puis retourne à la mer. La boucle est reliée à des pompes à chaleur réversibles qui montent ou diminuent la température de l'eau afin de produire du chauffage, de la climatisation ou de l'eau chaude.

Grâce à cette technologie, les bâtiments peuvent par ailleurs échanger leurs calories : la chaleur dégagée par la production de climatisation pour les bureaux est récupérée pour la production d'eau chaude destinée aux logements, et vice-versa. Au total, 75 % de l'énergie fournie à Smartseille provient de sources renouvelables.

Le principe de la thalassothermie peut réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre. Le procédé diffère de l'énergie thermique des mers, utilisable en zone tropicale, là où, en profondeur, la température de l'eau n'est que de quelques degrés Celsius contre souvent 25 en surface. La thalassothermie ne permet pas de chauffer ni de climatiser à elle seule, mais elle soulage et convient aux régions littorales des latitudes moyennes, particulièrement dans les zones à forte densité de population.