Le scientifique Noël Essaillon a réussi à créer une substance qui permet de voyager dans le temps. © pixbox77, Fotolia

Sciences

Le Voyageur imprudent

René Barjavel
LivreClassé sous :science-fiction , Barjavel , Le voyageur imprudent

Avec Le Voyageur imprudent, René Barjavel écrit un voyage dans le temps et ses possibles paradoxes. Il s'inspire de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells et n'hésite pas à aller plus loin que l'écrivain britannique : notre « voyageur » se déplace plus follement dans le voyage temporel, celui du futur.

Résumé du livre

René Barjavel - Le Voyageur imprudent

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Saint-Menoux, un jeune et brillant mathématicien devenu soldat, s'assoit sur le seuil d'une maison de Tremplin-le-Haut en attendant de repartir avec son convoi. Une adolescente d'une quinzaine d'années, prénommée Annette, lui fait signe d'entrer et lui présente son père, Noël Essaillon, installé dans son fauteuil roulant. Le soldat découvre que le vieil homme est en réalité le physicien-chimiste qui avait répondu à ses théories parues dans la Revue des Mathématiques en février 1939. Grâce aux articles de Pierre Saint-Menoux, Noël Essaillon a réussi à fabriquer une substance qui permet de voyager dans le temps. Afin de convaincre le jeune mathématicien, il lui propose de tester sa découverte. Pierre Saint-Menoux avale alors les pilules fournies et fait un bond de deux heures vers le passé avant de revenir dans le présent. Suite à cette expérience, il accepte de devenir l'assistant du savant. Mais avant cela, il doit terminer son devoir envers la patrie. Deux années passent comme un éclair grâce aux pilules de Noël Essaillon. Installé à Paris, Pierre Saint-Menoux rejoint alors le savant et sa fille. 

Les travaux du vieil homme ont beaucoup avancé durant ces deux années. Pierre Saint-Menoux commence à expérimenter les voyages temporels grâce à une combinaison conçue par le physicien. Elle permet de se déplacer des siècles ou même des millénaires dans l'avenir. Lors de sa première exploration, le jeune homme se retrouve une demi-journée dans le futur face à lui-même.

Par la suite, le voyageur se déplace plus loin dans ses explorations. Lorsqu'il atterrit en 2052 au pied du Sacré-Cœur, il découvre Paris ravagé suite à la disparition de l'électricité. La catastrophe s'étend en réalité au monde entier. Victime d'un rhume de cerveau et d'une intoxication au dioxyde de carbone, il revient de justesse dans son époque. Une fois guéri, il décide d'explorer l'an 100.000 afin de découvrir ce que les descendants des survivants du grand cataclysme sont devenus. 

Mythologie

Dans le roman Premiers hommes dans la Lune de H. G. Wells, le personnage Cavor avait appelé son invention la cavorite. En hommage à l'écrivain britannique, Barjavel reprend cette idée lorsque Noël Essaillon donne son prénom à la substance qu'il a créée : la noëlite.

  • La noëlite : La noëlite est une substance qui permet de voyager dans le temps. Initialement sous forme de pilule, elle permet de se déplacer dans son existence à un âge plus jeune ou plus avancé. Noël Essaillon développe ensuite plusieurs variétés et applications. La noëlite 2 permet de se transporter en un instant vers l'avenir et la noëlite 3 éternise le présent. Une peinture à base de noëlite 3 peut ainsi être utilisée afin de conserver indéfiniment ce qui se trouve dans son garde-manger. Mais insérée à l'intérieur de bombes, cette substance peut également s'avérer nocive.
  • Le scaphandre du temps : En revêtant cette combinaison de couleur verte enduite de noëlite, il est possible de voyager dans le temps. Des curseurs déterminent la date souhaitée, dans le passé ou dans le futur. Un bouton triangulaire déclenche le vibreur qui offre les capacités supplémentaires de devenir invisible et de traverser les murs. Des lunettes et des écouteurs sont utilisés avec le vibreur afin de restituer les perceptions du monde qui entourent le voyageur. 
  • Le Diable Vert : Lors de ses voyages en 1890, Pierre Saint-Menoux commet de multiples vols. De nombreuses personnes assistent à ses méfaits et l'aperçoivent apparaître et disparaître à sa guise en combinaison verte. Il a par conséquent été surnommé le Diable Vert. Une légende s'est alors largement développée à son sujet. En réalité, l'auteur reprend ici une variante de l'expression « le diable Vauvert » apparue au XVe siècle et lui invente une nouvelle origine. 

Analyse

Un classique sur le thème du voyage temporel

Pour ce livre, Barjavel s'inspire fortement de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells. Tout comme dans le roman de l'écrivain britannique, dans un futur lointain, l'espèce humaine se sépare en plusieurs classes : les hommes-ventres, les hommes-nez ou encore la femelle décrite comme l'être-montagne. Mais le héros de H. G. Wells ne peut pas modifier le passé, au contraire de Pierre Saint-Menoux. 

Dans Le Voyageur imprudent, Barjavel semble être le premier écrivain à évoquer le paradoxe du grand-père. Et si en retournant dans le passé un voyageur temporel tuait son grand-père avant que ce dernier ait eu des enfants ? Cet imprudent ne serait jamais venu au monde alors comment aurait-il pu tuer son ancêtre ? Une quinzaine d'années après la parution du roman, Barjavel ajoutera un post-scriptum de trois pages commentant ce paradoxe temporel.

Une analyse de

Rédactrice

À voir aussi :