Cette île à première vue paradisiaque cache en réalité bien des mystères. © Lucianus, Fotolia

Sciences

L'île du docteur Moreau

The Island of Dr. Moreau
Herbert George Wells
LivreClassé sous :science-fiction , Herbert George Wells , L'île du docteur Moreau

Dans L'île du docteur Moreau de H. G. Wells, le personnage principal se retrouve piégé sur une île dangereuse et mystérieuse à l'atmosphère sombre et angoissante. À l'époque de l'écriture de ce livre, publié en 1896, vivisection et souffrance animale font débat en Angleterre. Wells s'interroge sur les dérives de la science et pose la question de l'identité de la nature humaine et de la réelle différence entre l'Homme et l'animal.

Résumé du livre

Herbert George Wells - L'île du docteur Moreau

Survivant du naufrage de La Dame altière, Edward Prendick dérive plusieurs jours sur un canot de sauvetage avant d'être recueilli par un navire appelé La Chance rouge. Il reste inconscient trente heures et est soigné par Montgomery, un médecin embarqué à bord. Ce dernier est accompagné de M'ling, son étrange serviteur à l'apparence difforme et repoussante. Le médecin explique au naufragé qu'il doit débarquer avec sa cargaison d'animaux sur une île isolée. 

Une fois arrivé à destination, Montgomery est accueilli par un vieil homme, le docteur Moreau. Au même moment, le capitaine ivre décide de jeter Prendick par-dessus bord et l'abandonne seul dans un canot sans avirons ni provisions. Au début réfractaire, le docteur décide de remorquer la petite embarcation et d'héberger le naufragé sur l'île. 

Les deux biologistes sont très mystérieux et avouent cacher quelques secrets. Prendick est finalement logé dans une chambre accolée à un enclos dont il ne doit pas franchir la porte intérieure. Mais il ne sait pas quand il pourra repartir. En dehors de toute route connue, les navires ne passent aux alentours de cette île que tous les douze ou quinze mois. 

En entendant le nom Moreau, il se rappelle l'avoir lu sur la couverture d'une brochure montrant des expériences de vivisection. Suite aux cris de torture provenant du laboratoire, il ouvre la porte qui, par mégarde, n'était pas fermée à clé et aperçoit un être vivant tailladé soumis aux pratiques du savant.

Effrayé à l'idée d'être à son tour cobaye, Prendick s'enfuit. Il se retrouve alors parmi ceux qu'il pense être des hommes animalisés par le docteur. Ces créatures habitent dans des huttes, parlent, cuisinent... Lorsque Moreau et son assistant Montgomery le retrouvent, Pendrick menace de se suicider plutôt qu'être transformé en une telle créature. Le savant lui avoue alors qu'il ne s'agit pas d'hommes animalisés mais au contraire d'animaux transformés en Hommes. La créature dans l'enclos est en réalité un puma amené ici en bateau. Moreau raconte être arrivé onze ans auparavant sur l'île inhabitée avec Montgomery et six Canaques, tous morts depuis. Durant cette période, il a réalisé des expériences sur plus de cent-vingt animaux. Toujours insatisfait du résultat de son travail, il relâche les créatures dès qu'elles régressent vers leur état animal.  

Mais sept semaines après l'arrivée de Prendick, tout tourne à la catastrophe lorsque le puma réussit à s'échapper...

Mythologie

L'île du Docteur Moreau nous plonge dans une atmosphère sombre et angoissante. Des Hommes-Animaux à la Maison de douleur, l'histoire du savant et de ses créations reste toujours aussi troublante. 

  • Homme-Animal : Tout au long du récit, le narrateur croise différentes créatures hybrides entre l'Homme et l'animal parmi lesquelles l'Homme-Singe, l'Homme-Léopard, l'Homme-Chien ou encore la Femme-Rhinocéros. La plupart d'entre elles ont des mains mal formées auxquelles il peut manquer jusqu'à trois doigts. Leurs jambes sont très disproportionnées comparées à la longueur de leur buste et leur colonne vertébrale conserve une courbure bestiale. Leur tête garde également les particularités de leur espèce d'origine, les yeux étrangement placés, le nez large ou encore la chevelure très épaisse.
  • La Loi : Les Hommes-Animaux suivent un ensemble de règles appelé la Loi qui a pour objectif de les empêcher de retourner à leurs comportements bestiaux. La Loi leur ordonne de ne pas marcher à quatre pattes, ne pas lapper pour boire, ne pas manger de chair ni de poisson ou encore ne pas griffer l'écorce des arbres. Mais en raison de leur nature animale, les créatures ont beaucoup de mal à les respecter, et les enfreignent souvent à la nuit tombée. 
  • Maison de douleur : En cas de transgression de la Loi, ils sont menacés de retourner à ce qu'ils appellent la Maison de douleur ou de souffrance. Il s'agit de l'enclos où ils ont subi des tortures par Moreau afin d'être transformés en Hommes-Animaux. Cette idée les plonge dans une extrême terreur.

Analyse

Un questionnement sur l'éthique de la recherche scientifique

À l'époque de l'écriture de ce livre, le sujet de la vivisection et de la souffrance animale fait débat en Angleterre.

Dans ce cadre, Wells se questionne ici sur les dérives de la science. Le docteur Moreau ne se préoccupe pas de l'éthique et justifie ses pratiques en affirmant que la souffrance est finalement peu de chose comparée à ce qu'apportent les expériences. Il ne se soucie que de son propre désir d'étudier la nature en se prenant pour le Créateur. On peut en effet s'apercevoir que ses Hommes-Animaux l'appellent Maître et le déifient lors de cérémonies. 

Mais ce livre amène également à se poser la question de l'identité de la nature humaine. Finalement, quelle est la réelle différence entre l'Homme et l'animal ?

Une analyse de

Rédactrice