Tech

Robots de service : la difficulté des interactions avec les humains

Dossier - iCub et les robots de service
DossierClassé sous :robotique , nanorobot , iCub

-

On ne compte plus les applications des robots. Pour qu’ils soient efficaces dans tous les domaines, de la santé à l'exploration spatiale, l'apprentissage est un élément clé. Démonstration avec iCub, un outil de développement robotique.

  
DossiersiCub et les robots de service
 

Finalement, à la complexité des tâches et des environnements vient s'ajouter un facteur essentiel : la présence d'humains. Comment garantir une sécurité totale aux humains quand des robots se trouvent chez eux ?

La transmission de l'humain au robot. © Willyam Bradberry - Shutterstock
Le torse humanoïde de la société Festo illustre l'utilisation de muscles artificiels pour l'actionnement de mécanismes complexes. © Courtesy of Festo

Sans évoquer les épineuses questions d'éthique, la question de l'intégrité physique des humains amenés à évoluer en interaction proche avec des robots est importante.

Robots de service : une robotique spécifique

Si on prend l'exemple d'un robot industriel d'une cinquantaine de kilogrammes, les accélérations qu'il est capable de développer et les efforts engendrés par un impact sont potentiellement mortels pour un humain. Il n'est donc pas envisageable d'utiliser de tels robots pour les applications de service. Il faut donc repenser les principes qui sous-tendent la conception des robots « classiques » en proposant des mécanismes réversibles et plus légers de manière à limiter les effets sur l'environnement en cas d'impact.

L'utilisation de muscles artificiels qui présentent un rapport poids/puissance beaucoup plus faible que les actionneurs électriques classiques est une voie possible pour parvenir à de telles propriétés des actionneurs (voir l'image ci-dessus).

L'ensemble de ces sujets de recherche sont d'actualité en robotique et sont souvent associés au terme human friendly Robotics.