Bientôt on jouera du piano avec onze doigts

Classé sous :robotique , Plasticité cérébrale , prothèse

Quel pianiste n'a jamais rêvé d'avoir des doigts supplémentaires pour jouer des symphonies inédites ? Ce rêve est désormais une réalité, grâce au « pouce robotique » créé par des chercheurs de l'Imperial College de Londres en 2015. En mai dernier, une autre équipe de chercheurs avaient déjà montré que le cerveau s'appropriait facilement ce nouvel appendice, contrôlé par un capteur de pression attaché au pied (lire ci-dessous). Ils ont aujourd'hui voulu savoir si ce pouce pouvait être utile pour les activités qui nécessitent une motricité fine, comme jouer du piano.

Les chercheurs ont d'abord mesuré les compétences en matière de dextérité et de synchronisation chez douze cobayes, six sachant jouer du piano et six autres étant novices. Ils leur ont ensuite demandé de jouer une série de morceaux simples sur piano électrique munis du pouce supplémentaire, qui est en réalité situé après l'auriculaire comme un sixième doigt. Résultat : « Quelle que soit l'expérience au piano, les sujets ont tous été capables de jouer au clavier avec onze doigts en moins d'une heure », se félicitent les chercheurs qui ont publié leurs travaux sur le serveur bioRxiv. « Cela montre que nous pouvons utiliser un doigt supplémentaire pas uniquement dans les tâches que nous connaissons déjà, mais que nous pouvons aussi apprendre à s'en servir pour effectuer des tâches inconnues », vante Aldo Faisal, l'un des auteurs de l'étude.

Lui et ses collègues travaillent désormais sur un prototype apportant toute une main supplémentaire. Le piano à quatre mains de Franz Schubert se jouera bientôt en solo.

Apprendre à jouer du piano avec 11 doigts, c’est facile ! © Ali Shafti et al., bioXriv, 2021
Pour en savoir plus

Notre cerveau est capable de gérer un pouce robotique supplémentaire

Article de Marie Origas publié le 24 mai 2021

Il s'avère que les humains sont très doués lorsqu'ils utilisent un « troisième pouce » robotique, d'après une expérience menée par des neuroscientifiques de l'University College London (UCL) et publiée dans la revue Science RoboticsImprimable en 3D, ce pouce est facilement personnalisable et se porte sur le côté de la main, opposé au pouce réel de l'utilisateur, près de l'auriculaire. Le porteur le contrôle avec des capteurs de pression attachés à ses pieds, sous les gros orteils. Connectés sans fil, les deux capteurs contrôlent différents mouvements du pouce en répondant immédiatement aux changements de pression subtils du porteur.

Pendant cinq jours, 20 participants ont ainsi été formés à l'utilisation de ce troisième pouce robotique (Third Thumb en anglais), fabriqué par le designer Dani Clode. Ils ont été mis au défi d'effectuer des tâches, nécessitant normalement l'usage des deux mains, uniquement avec la main augmentée, comme par exemple, construire des tours de blocs. Les résultats ont montré que, non seulement les participants maîtrisaient l'utilisation d'un pouce supplémentaire avec une facilité surprenante, mais aussi que leur cerveau s'était adapté rapidement à cette nouvelle compétence. Les utilisateurs ont même rapporté qu'ils avaient de plus en plus l'impression que ce troisième pouce faisait partie de leur corps !

Un troisième pouce robotique peut changer la façon dont la main biologique est représentée dans le cerveau. © Dani Clode Design et The Plasticity Lab, UCL

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Exiii Hackberry : une main bionique open source imprimée en 3D  Les prothèses permettent de remplacer un membre manquant mais elles comportent plusieurs inconvénients : leur prix (entre 8.000 et 10.000 euros) mais aussi la nécessité d’entretien et la fragilité de l'appareil. Au Japon, Exiii propose une alternative, une main bionique open source imprimable en 3D. La voici en vidéo.