Un éditeur d'applications pour iPhone s'est mis en tête de conduire une voiture à l'aide du smartphone d'Apple. Pour parvenir à leurs fins, les développeurs ont emprunté les clés d'une voiture ayant participé au Darpa Urban Challenge en 2007.
Cela vous intéressera aussi

C'est la Freie Universität Berlin's Autonomous Car, joliment baptisée Esprit de Berlin, qui s'est vue confier à la firme de développement logiciellogiciel allemande Appirion. Cette société est spécialisée dans la mise au point d'applicationsapplications de téléphones mobiles, dont le célèbre iPhoneiPhone. Parmi ses créations, on trouve un traducteur et un agrégateur d'actualités, des projets somme toute très banals en comparaison avec leurs derniers travaux. En effet, au sein de la pléthore de gadgets logiciels que renferme l'appstore, aucune d'entre elles ne transforme un iPhone en interface de contrôle destinée à une voiturevoiture radio-commandée à l'échelle 1.


iDriver en pleine action. © 2009 Appirion UG

Le secret de cette performance réside dans le système mécanique implanté dans le véhicule. A l'origine, il a été conçu pour répondre aux instructions d'une intelligence artificielleintelligence artificielle dans le cadre du Darpa Urban Challenge. Cette compétition technologique confronte la crème des laboratoires de robotiquerobotique et veut encourager la création de voitures intelligentes et autonomes, même en milieu urbain.

Le smartphone et la « smartcar »

Ce n'est plus l'IA qui décide ici mais un conducteur distant. Le véhicule berlinois a fait l'objet de l'intégration d'un dispositif de contrôle via un réseau Wi-FiWi-Fi. La voiture déjà bardée de caméras transmet une vue affichée sur l'iPhone en temps réel. L'utilisateur dispose alors de deux boutons, l'un pour avancer, l'autre pour freiner. L'accéléromètreaccéléromètre du téléphone est utilisé pour déterminer la direction des mouvementsmouvements effectués avec l'appareil et qui servent à commander la direction du véhicule.

La voiture mise au point par les universitaires berlinois reste un prototype expérimental et n'est pas disponible dans le commerce. La possibilité de diriger ainsi son véhicule n'est donc pas pour tout de suite. Les créateurs de la série télévisée K-2000 peuvent dormir tranquilles...