Visualisation en 3D des arènes de Nîmes grâce au nuage de points collectés grâce au Lidar. © IGN
Tech

Lidar : une carte de la France arrive en accès libre

ActualitéClassé sous :technologie , France , lidar

L'Institut national de l'information géographique et forestière travaille actuellement sur une carte topographique en haute définition de la France. La carte sera composée d'un nuage de points obtenus avec le Lidar, et certaines parties sont déjà en accès libre.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La France vue depuis l'espace par Thomas Pesquet  Découvrez la France photographiée de l’espace par Thomas Pesquet au cours de ses six mois passés dans la Station spatiale internationale. Une belle balade pour voir la France autrement, à 400 kilomètres d’altitude. 

D'ici quelques années, il sera possible de visualiser toute la France en trois dimensions. L'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) s'est lancé dans le projet titanesque de scanner le pays entier grâce au Lidar et ainsi créer un modèle topographique géant.

Le projet, baptisé tout simplement Lidar HD, devrait s'étaler sur cinq ans et coûter aux alentours de 60 millions d'euros. Les données sont collectées grâce à des avions transportant des capteurs Lidar qui survolent le territoire. L'IGN dispose de deux avions et fait appel à des prestataires pour le reste des données, pour un total estimé à 7.000 heures de vol. L'institut vise à collecter une moyenne de 10 points par mètre carré sur toute la France, soit un total de trois pétaoctets de données.

Carte de l’avancement du projet Lidar HD de l’IGN. © IGN

Certaines zones déjà disponibles en ligne

Une fois traitées et validées, les données sont disponibles au grand public sur le site de l’IGN. Il sera nécessaire d'utiliser un logiciel spécialisé, comme CloudCompare, pour afficher le contenu de ces fichiers. L'institut prévoit de finir ce travail d'ici la fin de 2025 et a publié une carte de son avancement.

L'IGN a déjà mis en ligne les données brutes de plusieurs zones, qui incluent notamment les villes de Montpellier et Nîmes. Ces fichiers contiennent uniquement le nuage de points sans autre information. Toutefois, l'IGN compte classifier chaque point en identifiant à quoi il correspond (bâtiment, sol, végétation...) et créer des modèles numériques qui seront disponibles par la suite. Ces données devraient servir à la « prévention des risques naturels, connaissance de la ressource forestière, gestion des parcelles agricoles, aménagement du territoire, préservation de la biodiversité, sécurité intérieure, transition énergétique... »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !