Cette batterie à sels fondus peut hiberner et conserver sa charge pendant trois mois. © Andrea Starr, Pacific Northwest National Laboratory
Tech

Cette batterie à sels fondus garde toute son énergie en hibernation

ActualitéClassé sous :technologie , batterie , énergie

Des chercheurs américains ont mis au point une nouvelle batterie à sels fondus qui conserve sa charge quand elle est refroidie. Ainsi, elle pourrait être utilisée pour accumuler l'excédent de production d'électricité pendant une saison pour la libérer plus tard dans l'année.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] De Volta au graphène : l’évolution des batteries  Le type de batterie le plus courant est la batterie lithium-ion. Plusieurs technologies sont sur les rangs pour la remplacer. 

Les batteries à sels fondus intéressent beaucoup les scientifiques car elles sont fabriquées avec des matériaux communs, et peuvent être utilisées à grande échelle. Elles pourraient notamment être branchées sur le réseau électrique pour compenser les aléas des énergies renouvelables. Des chercheurs du Pacific Northwest National Laboratory ont mis au point une nouvelle batterie à sels fondus destinée à un usage saisonnier. Ils ont publié leurs résultats dans la revue Cell Reports Physical Science.

Cette nouvelle batterie est destinée à stocker tout excès de production, par exemple du solaire en été. Une fois chargée, elle est mise en hibernation et peut restituer l'énergie emmagasinée plus tard, par exemple en hiver. Les chercheurs ont utilisé une anode en aluminium et une cathode en nickel, avec un électrolyte à sels fondus contenant du soufre. Ce genre de batterie contient le plus souvent un séparateur en céramique, mais les chercheurs ont opté pour de la fibre de verre, plus durable et moins chère.

Une batterie qui restitue 92 % de charge au bout de trois mois d’hibernation

Comme toutes les batteries à sels fondus, elle doit être chauffée pour fonctionner. Celle-ci nécessite une température de 180 °C. Une fois chargée, la batterie est refroidie pour que l'électrolyte se solidifie et bloque le mouvement des ions. Il suffit ensuite de la chauffer de nouveau pour pouvoir récupérer l'énergie emmagasinée. La batterie testée a pu restituer 92 % de sa charge au bout de 12 semaines.

Le prototype actuel tient dans la main, mais les chercheurs estiment qu'il est possible d'augmenter considérablement sa taille. En théorie, la batterie a une densité de 260 wattheures par kilogramme. Elle est aussi peu chère à produire. Les matériaux du prototype coûtent 23 dollars par kilowattheure, un prix que les chercheurs pensent pouvoir baisser à 6 dollars en incluant du fer, soit 15 fois moins que les batteries lithium-ion.


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Découvrez l'univers Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !