Des chercheurs américains affirment avoir accompli une percée technologique dans la chimie de la batterie lithium-soufre grâce à du Kevlar recyclé. À la clé, une endurance inédite qui pourrait atteindre les 1 000 cycles.


au sommaire


    Des scientifiques de l'Université du Michigan ont réussi à créer un nouveau type de membrane à partir de KevlarKevlar recyclé qui pourrait aider au développement des batteries lithium-soufre. Ces batteries seraient jusqu'à cinq fois plus performantes que les modèles actuellement utilisés par l'industrie automobileautomobile.

    Cette toute nouvelle membrane de batterie a permis de mettre au point une batterie lithiumlithium-|2ef0acd6c615e7da01c0aaa6f110c767| capable de fonctionner pendant plus de mille cycles, sans perte de performance. Pour l'anecdote, ce Kevlar recyclé est semblable à celui utilisé dans les gilets pare-balles.

    Depuis plusieurs années, il est acquis que des batteries lithium-soufre pourraient servir d'alternatives aux modèles lithium-ionion, mais il était encore trop tôt pour déterminer le potentiel de ces technologies. Cette nouvelle avancée pourrait changer la donne, car elle leur offre une duréedurée de vie encore jamais atteinte. Cette membrane se révèle en outre résistante aux températures extrêmes. On considère généralement que 1 000 cycles de recharge correspondent à un usage de dix ans.

    Le souffre plus abondant que le cobalt

    Les chercheurs ont ainsi démontré que l'utilisation d'un réseau de nanofibres d'aramide, recyclées à partir du Kevlar, peut considérablement augmenter l'espérance de vieespérance de vie d'une batterie lithium-soufre, sans jamais être au détriment de sa capacité, de sa résiliencerésilience ou bien sûr de sa sécurité. Dans l'absolu, cette technologie fonctionne aussi sur des batteries lithium-ion, mais il est question ici de favoriser l'essor des lithium-soufre, bien plus performantes sur le papier. Outre leur capacité supérieure, les batteries au lithium-soufre présentent a priori un avantage en termes de durabilitédurabilité car le soufre est beaucoup plus abondant que le cobaltcobalt intégré dans les électrodesélectrodes lithium-ion. A noter que ces travaux ont fait l'objet d'une publication dans Nature Communication et que cette découverte a été brevetée.