La plupart des opérateurs de téléphonie mobile et les fournisseurs de contenus vidéos se penchent actuellement sur une nouvelle technologie baptisée "TV Mobile". Le ministre de l'industrie Patrick Devedjian a réuni les grands de l'industrie des télécoms et de l'audiovisuel dernièrement à Bercy pour réfléchir à la télévision mobile cellulaire ou hertzienne.
Cela vous intéressera aussi

Derrière ce nom se cache la possibilité de délivrer, sur de nouveaux téléphones mobiles, les programmes de la télévision numériquenumérique terrestre (ou TNTTNT), mais également ceux du câble et du satellite. Bientôt proposée au Japon, cette technologie qui est évaluée en Europe pourrait être disponible en France en 2006 ou en 2007.

Cette technologie repose sur le Digital Video BroadcastingDigital Video Broadcasting Handheld qui permet une diffusiondiffusion de massemasse d'un même contenu vidéo encodé au format MPEG4 vers plusieurs mobiles situés dans une même zone. Le DVBH permet de profiter d'une meilleure qualité d'image et économise la batterie (via une optimisation des signaux) des portables par rapport aux clips vidéos délivrés par les réseaux haut débitdébit 3G ou UMTSUMTS.

Bien que les dirigeants d'Orange, Bouygues Telecom et SFR aient rappelé que la télévision et la vidéo étaient déjà des réalités sur GPRSGPRS ou sur les tout nouveaux réseaux UMTS, ils ont également concédé que les réseaux cellulaires restaient inadaptés à une diffusion de masse et ont appelé à l'attribution du multiplex R5 de la télévision numérique terrestre pour diffuser de la télévision mobile.

Comme vous vous en doutez, il faudra pour exploiter le DVBH un téléphone compatible avec cette technologie. Les téléphones DVBH seront dotés d'une antenne spéciale, d'un chip de décompression et d'une importante quantité de mémoire. Ils seront également dotés d'un écran plus grand, mais ils seront aussi plus lourds (on parle de 120 à 150 grammes) que les modèles classiques.