Tech

Robostrider, la méca-punaise qui marche sur l'eau !

ActualitéClassé sous :Tech , robostrider , Carnegie Mellon

Un robot qui marche sur l'eau... Miracle mécanique? Non juste le dernier défi micro-robotique du professeur Metin Sitti (dirigeant du Laboratoire de NanoRobotics de Carnegie Mellon) et de son équipe du Massachusetts Institute of Technology.

Robostrider, la méca-punaise qui marche sur l'eau !

En s'inspirant de la nature et suite à leurs recherches, ils ont construit un robot minuscule du nom de "Robostrider", ayant la capacité de marcher sur l'eau tout comme l'insecte connu sous le nom de Jesus bugs (punaise d'eau).

A l'origine, les chercheurs du MIT appelés également "hydro-entomo-locomotriciens", ont construit leur "robot punaise" avec une canette de 7-Up et des pattes en fil de fer. Certes, il se déplace avec moins de vélocité que les insectes naturels, mais il ouvre de belles perspectives pour la recherche en hydrodynamique... Actuellement au stade de prototype, les chercheurs imaginent l'utilisation de ce robot à grande échelle.

La vitesse/Le mouvement :

John Buisson(expert en mécanique des fluides) et son équipe, ont eu recours à la photographie à très grande vitesse, afin de comprendre les mouvements permettant aux punaises de se déplacer sur l'eau. Après analyse, les chercheurs ont pu constater que les pattes couvertes de poils très fins leur permettent de rester à flot, (les punaises ne flottent pas!), et également de créer des tourbillons appelés vortex, en forme de U, engendrant des vagues, véritables trampolines pour l'insecte ; ces vortex sont suffisamment résistants, pour leur servir de propulseurs.

Ces insectes, dans leur environnement naturel, peuvent se propulser à une vitesse de 150 centimètres par seconde!

Fiche technique du Robostrider :

- Son corps : 13mm en fibre de carbone.
- Huit pattes d'acier inoxydable de 5cm chacune.
- Les pattes sont actionnées par trois déclencheurs piézoélectriques.

Fonctions à venir :

Munies d'une sonde chimique, les punaises mécanisées pourront surveiller les approvisionnements en eau et détecter les toxines qu'elle peut contenir ; elles possèderont également un appareil-photo leur permettant depouvoir explorer et rapporter des données numériques; l'idée d'une utilisation militaire n'est pas à exclure ; en effet, l'insecte peut être un espion très efficace (sa petite taille lui permettra d'être indétectable). Les chercheurs imaginent même de le munir d'un filet ou d'une perche, afin qu'il puisse nettoyer différents types de pollution stagnant à la surface de l'eau!

Aujourd'hui, le Professeur Sitti annonce qu'il souhaite sortir sous 6 mois, un robot plus complexe, sur le modèle du Robostrider.

Cela vous intéressera aussi